chercheur, anthropologue, pédagogue

Categoría: Página 1 de 6

La antropología del gesto de Marcel Jousse se da a conocer en España y América Latina

Francisco García presentó las últimas iniciativas para la difusión del pensamiento de Jousse en el mundo hispanohablante en las últimas reuniones de la Asociación Marcel Jousse en noviembre de 2021. Aquí actualizamos su texto con noticias más recientes.

Actividades realizadas en español en 2020 y 2021

En primer lugar, hay que destacar la promoción del pensamiento de Marcel Jousse por parte del profesor Gabriel Bourdin. Sólo mencionaré dos de ellos:

  • Dos seminarios en la UNAM

El profesor Gabriel Bourdin, como profesor de antropología en la UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México), y vinculado al Instituto de Investigaciones Antropológicas de la misma Universidad, dirigió este año dos seminarios de Antropología.

La primera se celebró de marzo a mayo de 2021 y trató el tema: La vida de los gestos en la vida cotidiana. Elementos de antropología joussiana. Este estudio continuó en el segundo seminario de septiembre a noviembre de 2021. Estos dos seminarios fueron en sesiones virtuales de 4 horas semanales (los viernes).

  • Inauguración de una red social de Marcel Jousse

En agosto de 2021 se inauguró en la plataforma Whaller una red social de habla hispana denominada «Red Marcel Jousse». Con esta iniciativa y gracias a la coordinación conjunta de Thomas Marshall y Gabriel Bourdin, la información y la proximidad de las personas interesadas en la antropología del gesto de Marcel Jousse en América Latina, España y Francia es cada vez más cercana.

Tanto los seminarios de la UNAM como la red social han reunido a personas de México, Argentina, Bolivia, Colombia, Brasil, Chile, Uruguay y España, entre otros.

  • El Dr. Francisco Moya y los médicos cristianos

A finales de 2020, el Dr. Francisco Moya, médico español especializado en radiografía, publicó en su canal de YouTube una conferencia titulada: «Nueve tesis del pensamiento de Marcel Jousse en su Antropología del Gesto«, que está resultando una buena síntesis en español, y que hasta la fecha ha tenido más de 2.600 visitas. Francisco Moya es el fundador de la palingenesia (que significa «renacimiento»). La palingenesia de la persona es un nuevo método, inspirado en el filósofo español Leonardo Polo, que tiene como objetivo la curación de la persona a través de la plena conciencia de su pasado. También ha encontrado importantes puntos de anclaje en la Antropología del Gesto de Marcel Jousse. Alrededor del Dr. Moya hay investigadores de origen español, latinoamericano y europeo interesados en este método. Algunos de ellos han seguido un curso de formación sobre Antropología del Gesto y sobre la obra de Pierre Perrier, impartido por el profesor Francisco José López en Almodóvar del Campo (Ciudad Real). Abogan por una vía de curación a través del gesto. Tienen previsto reunirse más a menudo en el futuro.

Publicaciones en español

  • En 2020 se editaron dos importantes publicaciones en español.


«La Jungla Antropológica. Una introducción a la antropología del gesto y el mimismo de Marcel Jousse» escrito por Gabriel Bourdin y publicado por el Instituto de Investigaciones Antropológicas de la Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM).
Este libro ya puede pedirse en línea.

Aquí está la presentación del autor en la contraportada:

Para los lectores de habla hispana, la antropología de Jousse es desconocida. Los autores que han incluido referencias a Jousse en nuestra lengua se pueden contar «con los dedos de una mano», por utilizar la figura gestual de la numeración «primordial», que resultó muy atractiva para nuestro autor. La presente obra pretende someter a la consideración del lector hispanohablante, y sobre todo del investigador en humanidades, un nuevo enfoque metodológico con enorme potencial. Como objetivo intermedio, el autor trata de encontrar posibles aplicaciones de la creación joussiana al vasto horizonte de las tradiciones de estilo oral procedentes del continente americano.

La UNAM también acaba de publicar una traducción al español del libro de Marcel Jousse Le Style Oral (1925), bajo el título El Estilo Oral rítmico y mnemotécnico entre los verbo-motores. La traducción fue realizada por el profesor Bourdin y su esposa Leonor Teso Gentile (de feliz memoria), con un prólogo de Edgard Sienaert. Gabriel Bourdin precede el texto con una rica introducción para poner en perspectiva esta obra inaugural de Jousse para los lectores contemporáneos. Esta publicación en español fue presentada oficialmente en el cuadragésimo octavo aniversario del Instituto de Investigaciones Antropológicas de la UNAM, transmitido por Zoom.
El libro ya puede pedirse en línea.

  • Nuevas publicaciones en español.

En mayo de 2022 se publicará un dossier sobre la antropología del gesto en la revista Mundaú, una revista electrónica de antropología editada por el programa de posgrado en Antropología del Instituto de Ciencias Sociales de la Universidad Federal de Alagoas (Brasil). Este es el resumen. Es interesante señalar que publica sus artículos en inglés, francés, portugués y español. Entre otras contribuciones, encontrará artículos escritos por dos alumnos de Gabriel Bourdin y por Titus Jacquignon, estudiante de doctorado y miembro de la Mesa de la Asociación Marcel Jousse, bajo el título: El carácter fundamental de la experiencia india de Marcel Jousse en la creación de su método antropológico.

También está en marcha una traducción al español del libro publicado por Gallimard, L’Anthropologie du Geste.

Conferencias recientes en español


El lunes 29 de noviembre de 2021 se celebró en la Universidad Eclesiástica San Dámaso (Madrid) una conferencia titulada «L’Anthropologie du Geste de Marcel Jousse: nouvelles recherches sur l’oralité». Forma parte de la 4ª jornada del ciclo de conferencias titulado: «La pedagogía de la Iglesia de los Apóstoles». Fue impartida conjuntamente por el profesor Francisco José López Sáez y Francisco García Baca (estudiante de doctorado). Ofreció una presentación biográfica de Marcel Jousse y una introducción a su Antropología del Gesto, seguida de una breve presentación de nuevas investigaciones sobre la oralidad. La importancia de esta conferencia se debe principalmente a que es una de las primeras exposiciones formales de la Antropología del Gesto de Marcel Jousse en el ámbito académico español, y también porque tuvo lugar en la universidad eclesiástica San Dámaso, una importante institución académica en España. Aquí está el vídeo:

El profesor Bourdin sigue investigando y dando conferencias. En 2022, dedica varios meses a un estudio de campo en Andalucía, en el sur de España, sobre los conocimientos meteorológicos de los campesinos y su expresión en el lenguaje oral de los refranes.
El 21 de abril pronunció una conferencia de presentación de la antropología de Jousse en el seminario internacional de doctorado Arte y Antropología de la Universidad de Granada y la Fundación Euroárabe.

Un espectáculo sobre el modelado de Adán el Terroso

Marcel Jousse ha desempeñado un papel fundamental en mi vida como artista y como hombre.

Hace unos diez años, tuve un encuentro con Adán el Terroso en Israel.

«Hagamos el Terroso
según nuestro mimismo
y según nuestra analogía».
Marcel Jousse – Intussuscepción por insuflación

De este encuentro nació un espectáculo: «El gigante de la sal».

Comparto con ustedes un artículo en francés sobre esta obra, ilustrado con fotos del espectáculo:

Modelage de l’Adâm-Terreux— Création, créativité et créateurs

Fred Herrera

une photo du spectacle

Sobre el espectáculo:

Gigante de Sal (Fragmento) from La Sandía on Vimeo.

 

(Français) Une nouvelle histoire des origines du christianisme présentée au Vatican

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Pierre Perrier fait un retour, lors de la Rencontre 2021 de l’Association Marcel Jousse, suite à sa participation à un colloque exceptionnel du Comité Pontifical de Sciences Historiques, du 27 au 29 octobre.

L’enjeu du colloque était de présenter l’état des recherches et de discuter d’une possible remise en question de la vision historique établie depuis la fin du 19ème siècle, basée sur l’étude critique des textes en grecs des Évangiles.

Il en ressort des preuves probantes d’une vaste diffusion, par les apôtres, de l’enseignement de Jésus en araméen. Cette diffusion a été permise par des structures orales traditionnelles de composition et de mémorisation, issues de la culture mésopotamienne ; et aussi par le rôle majeur joué par la diaspora hébraïque dans des échanges commerciaux structurés à travers toute l’Eurasie, de Rome et de l’Espagne à la Chine.

« Enquête sur l’histoire des premiers siècles de l’Église »

Au vu de l’importance de cet événement, nous sommes heureux de partager publiquement la vidéo de cette conférence introductive.

 

Une bibliographie des recherches de Pierre Perrier sur les Évangiles

 

Un résumé de Pierre Perrier sur son intervention

L’enjeu du colloque était d’échanger sur la nécessité ou non d’une remise à jour de la manière dont on raconte l’histoire des débuts de l’Église. Avec 28 contributeurs, de l’Espagne à la Chine, cela couvrait non seulement ce qui eut lieu en Palestine et à Rome, mais plus largement toutes les missions des apôtres et de leurs premiers successeurs.
L’organisateur du Colloque ouvrait ainsi la place à des explications joussiennes sur la composante hébraïque et orale des prédications et de la constitution de l’Église. Les divergences d’interprétation sont fondées sur des positions méthodologiques :

  • soit du côté de l’exégèse et de recherches historiques travaillant à partir de documents écrits,
  • soit du côté des recherches intégrant les découvertes de Jousse sur le Style oral,
  • soit entre ces 2 positions, des approches comprenant l’anthropologie, l’archéologie et la culture.

Nous avons pu faire passer une vision eurasiatique d’échanges intensifs au premiers siècles portant la Bonne Nouvelle par la diaspora hébraïque et un peu de Jousse. On présentera donc cette place de Jousse, directe ou sous jacente dans ce colloque, et le point sur nos travaux bien accueillis mais aussi refusés en Occident seulement par plusieurs, et on essayera de comprendre pourquoi.

Le contenu de cette présentation est développé dans un ouvrage récemment publié :

Retour à la source, éditions du Jubilé

Sommaire de la vidéo :

– Le colloque au Vatican, la participation de Pierre Perrier en lien avec des recherches collectives qui prolongent celles de Jousse sur le style oral araméen.

– (8’10) : commentaires sur les thèmes abordés par les 28 intervenants. Élargissement du périmètre géographique concerné en dehors de l’Empire Romain, en lien avec un réseau commercial hébreu de l’Espagne à la Chine.

– (12’10) Des éléments (re)découverts entrent en contradiction de la version établie. Le rôle majeur de la diaspora hébraïque à Rome et en dehors. Chronologie du voyage de l’apôtre Thomas jusqu’en Inde et en Chine.

– (25’53) L’enjeu : démontrer que les textes des Évangiles portent la marque de structures de composition orales existant au Moyen Orient ; face au consensus occidental d’une composition initiale par écrit et en grec. Le damier mésopotamien comme structure traditionnelle des textes de sagesse oraux.

– (28’50) Source et explication de la localisation des témoignages matériels de l’évangélisation du 1er siècle. L’exemple de la fondation d’une Église en Chine.

– (32’55) Analyse et informations tirées d’un texte de 105 verset issu des Actes de Thomas, le Madrasha de la Rivière de Perles. Des exemples de damiers dans d’autres textes chrétiens du 1er siècle.

– (39’10) Quelle contribution joussienne aux suites du colloque ? La structure en damier donne une cohérence globale aux colliers mnémotechniques mis en évidence par Jousse.

– (42’40) Question sur l’Empire Parthe.

– (44’38) Question sur l’usage des damiers dans l’Orient antique.

– (47’38) Question sur la position de Daniel Marguerat.

– (49’45) Réponse à la réaction de Gabriel Bourdin sur la découverte de la composition en damier.

– (53’00) Question sur le Madrasha / Midrash.

– (54’43) Conversation de Pierre Perrier avec Edgard Sienaert et Clara-Elisabeth Vasseur : pourquoi est-ce si difficile à faire entendre ?

– (1h06) Pour aller plus loin : « Retour à la source » de Pierre Perrier, publié en décembre 2021 aux éditions du Jubilé.

Marcel Jousse y la antropologia del gesto / Revista Pelicano

Un artículo de Gabriel Luis Bourdin, Universidad Nacional Autónoma de México, publicado en la Revista Pelicano en agosto de 2016.

Resumen
La obra de Marcel Jousse, jesuita, antropólogo y lingüista francés (1886-1961), es una de las más trascendentes y singulares creaciones del pensamiento antropológico del siglo XX y es, curiosamente, una de las menos conocidas por el lector especializado en temas de antropología y ciencias del lenguaje, sin mencionar a un público
más general. El objetivo de esta presentación es testimoniar la perenne vigencia de la nueva ciencia del gesto y del mimismo inaugurada por Jousse, en la primera mitad del siglo XX. L’anthropologie du geste es la obra que compendia el pensamiento y las investigaciones de Jousse. Fue compuesta partiendo de un proyecto de sistematización de su enseñanza científica, que es principalmente oral. Se incorporaron a esa síntesis varias de sus memorias, publicadas inicialmente en forma separada. El presente artículo hace referencia a otra fuente principal para el estudio de la obra de Jousse, que son los llamados Cursos orales, impartidos por Jousse entre 1931 y 1957 en la Sorbona, la Escuela de Antropología y otras importantes casas de altos estudios de Francia, cursos taquigrafiados por profesionales en este tipo de registro y transcriptos posteriormente por G. Baron.

Palabras clave: Antropología, gesto, mimismo.

Descargar el artículo de la Revista Pelicano

Marcel Jousse y Manuel Lekuona

He aquí un artículo de Gorka Aulestia publicado en la Revista Internacional de los Estudios Vascos en 1994. Se titula:

Marcel Jousse y Manuel Lekuona : dos pioneros de la literatura oral

(Français) Un dossier sur Marcel Jousse publié par la revue Transversalités

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

A l’occasion du dépôt des archives Marcel Jousse (1886-1961) à l’Institut Catholique de Paris, soixante ans après sa mort,  le numéro de la revue Transversalités  d’avril-juin 2021 propose un dossier «Marcel Jousse» dirigé par Camille Riquier, Vice-Recteur à la recherche à l’ICP.

Nous nous réjouissons de cette première publication de l’Institut Catholique de Paris au sujet de l’œuvre de Marcel Jousse , la voie ayant été ouverte par la thèse de doctorat en philosophie de Clara-Elisabeth Vasseur sur Jousse et Bergson. La publication du livre tiré de cette thèse marquante est prévue en 2021.

Merci à tous les auteurs et autrices de ce dossier qui partagent dans les articles leur travail personnel, nous montrant ainsi que la pensée de Jousse peut rester vivante et inspirante à notre époque, dans différents domaines.

Nous vous invitons à partager en commentaires en bas de cet article vos appréciations à propos de l’un ou l’autre de ces articles. Les commentaires hors-sujet ou manquant de respect ne serons pas publiés.

Au sommaire (avec lien vers les résumés)  :

•        Liminaire – Camille Riquier

•        Marcel Jousse : un Kepler de l’ éducation – Rémy Guérinel

•        Penser le réel avec Marcel Jousse et Henri Bergson – Clara-Élisabeth Vasseur

•        Marcel Jousse ou la subversion lumineuse – Bertrand Vergely

•        Conserver, adapter, transformer : Marcel Jousse à l’ épreuve du présent – Jean-Rémi Lapaire

•        Marcel Jousse et la phénoménologie. L’originalité du concept d’ intussusception : en deçà de l’empathie, l’alliance avec la résonance – Natalie Depraz

 

Pour commander un exemplaire papier, il y a deux possibilités.

  • Écrire à la revue : Revue Transversalités – Institut catholique de Paris – Vice-rectorat à la recherche – 21, rue d’Assas – 75270 Paris Cedex 06 ou à l’adresse transversalites [AROBASE] icp.fr
  • ou s’adresser à son libraire qui fera la commande.

Le prix de vente est de 16 euros. Pour les commandes qui arrivent à la revue, l’envoi est fait à réception d’un chèque de 16 euros à l’ordre de «Institut catholique de Paris».

Le numéro en version numérique peut être acheté directement auprès de Cairn pour 12,90 euros ou chaque article au prix de trois euros.

(Français) La musicothérapie active, par Willy Bakeroot

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Fort d’une longue expérience de praticien et de formateur, Willy Bakeroot présente, dans un ouvrage collectif qui paraît en mars 2021, une démarche thérapeutique pratiquée depuis de nombreuses années : la musicothérapie active.

Il s’inspire notamment des travaux anthropologiques de Marcel Jousse qui nous enseigne le profond ancrage de la parole dans les gestes rythmiques du corps humain. Ces gestes sont reçus par notre corps, depuis notre naissance, à travers toutes les interactions qui se produisent avec les choses, les autres êtres vivants, et spécialement les membres de notre milieu social.

Les sociétés traditionnelles de style oral avaient bien compris que c’est avant tout par la mobilisation du corps qu’on pouvait prendre soin des souffrances des êtres humains et les aider à s’en libérer : sur tous les continents, ces sociétés ont développé, chacune avec leur propre vision du monde et croyances, des pratiques et rituels de guérison intégrant dans une globalité différents types de gestes expressifs : par la voix rythmée et mélodiée, par des instruments sonores, par des mouvements de tout le corps, etc.

Nos sociétés modernes ont séparé et codifié cette globalité expressive dans des arts distincts tels que la musique, le chant, la danse, le théâtre… Une séparation aussi a été établie entre les «artistes» et les «spectateurs».

Pour retrouver un accès à des formes d’expression plus spontanées et globales, qui avaient quasiment disparu de la culture occidentale, un pédagogue allemand du début du 20ème siècle, Carl Orff, s’est tourné vers des sociétés traditionnelles pour y collecter un ensemble d’ingrédients de base, qu’il faisait explorer à des groupes d’enfants de façon ludique: le Schulwerk.

Willy Bakeroot et plusieurs thérapeutes qu’il a formé présentent dans ce livre les sources d’inspiration de la musicothérapie active, et témoignent concrètement de leur utilisation de ses différents ingrédients dans le cadre d’une relation de soin, et plus particulièrement avec des enfants.

 

Couverture du livre Musicothérapie active de Willy Bakeroot, Dunod, 2021

Cliquez sur l’image pour accéder au sommaire

Willy Bakeroot a été psychomotricien, puis est devenu psychanalyste. musicothérapeute et formateur.
Il a exercé pendant une trentaine d’années en psychothérapie auprès d’enfants, dans plusieurs centres psychopédagogiques de la région parisienne.
Il a animé des formations et ateliers de musicothérapie active pour des professionnels dans les milieux médico-éducatifs et médico-sociaux.
Il nous a quitté le 9 mars 2022. Nous avons publié un texte à sa mémoire.
 

Extraits du préambule

Depuis l’aube des temps, les techniques de soins ont utilisé le registre rythmo-mélodique intimement lié à la parole et aux mouvements dansés du corps. Ces techniques prenaient leurs sens dans les mythologies du moment. Dans ces mythologies s’enracinaient les pratiques orales du récit et du conte soutenues par le rythme musical et la danse.
C’est de cet ensemble d’éléments que s’inspirent les formes de la « Musicothérapie Active » proposée ici.
(…)

Notre champ de travail concerne ce que nous appelons les « désordres psychiques ». Il se base sur une relation transférentielle entre celui qui demande à être aidé et celui qui prétend aider. Au cœur de cette relation se trouve une parole qui s’efforce de faire sens.

Cependant, nous sommes, surtout avec les enfants, en présence d’une parole bien difficile à formuler. C’est sans doute pourquoi le recours aux racines de la parole est précieux. Ces racines sont simples, rythmiques, corporelles, gestuelles et sonores. À l’inverse d’une habitude trop cérébrale de « penser », on comprend ici que parler est un geste issu du corps tout entier. Marcel Jousse le nomme « geste laryngo-buccal ». Le rythmo-musical étant l’enveloppe de la parole.

Dans cette perspective, il fallait trouver avant tout une pratique musicale abordable par les patients. Une manière de musiquer qui libère suffisamment des contraintes de la technique pour porter attention à ce qui est proprement humain : le jeu relationnel.

(…)

J’ai choisi le terme de « musicothérapie active », les nécessités administratives du travail obligeaient à adopter les classifications en cours. Le terme « musicothérapie » formé sur deux racines grecques n’existait pas comme tel en Grèce ancienne. Il s’agit d’un néologisme formulé, au siècle dernier, par quelques soignants. Comme nous ne travaillons pas à partir de la simple écoute d’enregistrements, j’ai opté pour ce qui désigne la spécificité de notre travail : la « musicothérapie active » qui a pour but de redonner au patient une position de sujet parlant.
Les références principales de ce travail sont : les recherches de Carl Orff, celles de Marcel Jousse et celles de la psychanalyse.

Willy BAKEROOT, extraits du préambule de l’ouvrage «Musicothérapie active» (Dunod, 2021)

 

Ce livre, disponible à partir du 17 mars 2021, peut être commandé :

 

Pour en savoir plus sur la musicothérapie active :

(Français) Une sémiologie sans signe : Marcel Jousse et la linguistique de son temps

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Pierre-Yves Testenoire est chercheur en sciences du langage à l’Université de la Sorbonne. Il s’est intéressé à l’œuvre de Marcel Jousse à la suite de ses recherches en histoire de la linguistique sur Antoine Meillet.

Il a publié un article sur Marcel Jousse dans un ouvrage collectif publié en 2019, et ce texte est désormais accessible sur le site des Archives ouvertes HAL.

Le grand mérite de cet article est de resituer le positionnement de Jousse en tant que chercheur vis-à-vis du champ des recherches en linguistique de son époque.
«L’anthropologie linguistique de Marcel Jousse (1886-1961) se situe à la confluence de trois disciplines : la psychologie, l’ethnologie et la linguistique. Cet éclectisme disciplinaire est ce qui fait l’originalité de son projet scientifique : elle est typique d’un autodidacte, libéré des contraintes académiques par son statut de jésuite.»

Pierre-Yves Testenoire a pu collecter de nombreuses citations dispersées à travers les transcriptions des cours de Jousse. Dans son enseignement, il faisait volontiers référence à d’autres chercheurs de son temps, pour les mettre en perspective avec son propre travail, ou pour exprimer sa reconnaissance à ceux qui l’ont influencé, mais aussi pour s’appuyer sur leur autorité afin de donner plus de crédit à ses thèses.

Au sein du paysage plus large des sciences du langage, on voit ainsi Jousse payant le prix de sa liberté académique par un fort isolement. Pierre-Yves Testenoire mentionne ainsi des courants de recherche contemporains que Jousse semble avoir ignoré et qui réciproquement n’ont pas connu ou reconnu son travail. Et d’autres auquel Jousse fait référence auprès de son auditoire, sans pour autant s’inscrire à leur suite sur le plan théorique, motivé par la recherche d’une reconnaissance en tant que chercheur, qui ne lui est pas acquise du fait de son statut hors-université.

On comprend que son projet scientifique, très personnel dans sa genèse, et développé de façon indépendante, garde aujourd’hui encore un caractère singulier, et donc difficile d’approche pour qui y cherche des cadres de référence connus dans les disciplines académiques : ses concepts, méthodes, et même modes de communication scientifique sont déroutants.

On peut faire l’hypothèse que Jousse tente le dialogue avec les chercheurs de son temps, mais en se situant en dehors de leur monde, un peu comme le ferait un ethnologue en mission. Il est en effet resté à Paris un indigène de la campagne sarthoise, partagé entre d’une part une impérieuse fidélité à lui-même, c’est-à-dire au milieu dont il est issu, et d’autre part sa vocation à faire connaître et comprendre dans le milieu intellectuel urbain la richesse du «paysannisme». Ce concept, forgé à la manière d’un penseur anti-colonial comme Aimé Césaire l’a fait pour la «négritude», entend ouvrir les yeux aux citadins alphabétisés à qui il s’adresse, au sujet des ressources insoupçonnées d’intelligence et de savoirs qui existent en dehors de leurs livres et de leurs écoles.

On peut ainsi mieux saisir la perspective de Jousse en (re)lisant ce qu’écrit à son sujet un des grands auteurs du mouvement de la négritude, Leopold Sedar Senghor, dans une lettre de 1968, alors qu’il accepte, à la création de la «Fondation Marcel Jousse», de rejoindre son comité de parrainage (où l’on trouve fort peu d’universitaires) :

«Je me suis toujours intéressé à Marcel Jousse que j’ai connu. Il m’a appris à aller à la racine des ethnies et partant, des hommes, à creuser jusqu’aux plus profondes couches géologiques de l’homme pour capter la source à son premier jaillissement…
Comme vous le savez, l’Anthropologie revêt de nos jours une importance particulière, singulièrement dans les pays en voie de développement. En effet, il y a là un riche champ d’expérience et de vastes perspectives de recherche en direction de la pensée de l’homme et de ses diverses formes d’expression…
Ceci pose, bien sûr, tout le problème de la Négritude dont le mode de pensée est la saisie du réel et du concret à travers l’image symbole et l’analogie.
A l’ère de l’atome et des vols spatiaux, les formes de pensée, particulièrement celles de l’Europe, sont en pleine crise. Cela, parce que le progrès de la technologie ne permet plus la sclérose et le vieillissement, mais pousse l’homme à faire resurgir du tréfonds de sa civilisation présente la source primordiale de vie et de mouvement.
Ce style nouveau inaugure l’avènement de la civilisation de l’universel qui sera l’apport commun de toutes les valeurs de cultures, sans distinction de race et de croyance.»

Thomas Marshall

(Français) Des vidéos de cours en espagnol sur l’anthropologie de Jousse

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Gabriel Bourdin, professeur d’anthropologie à l’UNAM (Mexique), présente sur une nouvelle chaîne You Tube les cours qu’il a donné en 2018 à propos de la pensée de Jousse.

Le premier cours :

Les cours suivants :

16 de febrero 2018 / 23 de febrero 20182 de marzo 2018 / 16 de marzo 2018 / 6 de abril 20184 de mayo 2018 / 11 de mayo 2018 / 31 de agosto 2018

Un séjour en France du Pr Bourdin est en projet pour 2019.

(Français) Publication d’un nouveau recueil de textes de Jousse en anglais

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés y Inglés Estadounidense. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in this site default language. You may click one of the links to switch the site language to another available language.

Memory, Memorization and Memorizer. The Galilean Oral-Style Tradition and Its Traditionists

est édité par Cascade Books (Eugene, Oregon, USA) dans la collection Biblical Performance Criticism.

Il s’agit d’une sélection de textes du Professeur Marcel Jousse composée, traduite et commentée par Edgard Sienaert.

L’ouvrage est préfacé par Werner H. Kelber, professeur honoraire en études du Nouveau Testament à Rice University (Texas, USA).

Traduction du titre : « Mémoire,  mémorisation, et mémoriseurs – La tradition galiléenne de Style oral et ses traditionneurs »

Extraits de la 4ème de couverture

« Cet ouvrage traite de la parole orale. Il traite des paroles prononcées au 1er siècle de notre ère, et mises par écrit beaucoup plus tard, dans des textes qui ne faisaient que confirmer ce qui avait été dit et fait. »

« Dans ses travaux, Jousse répond en fait à la question fondamentale qu’il se pose à lui-même :

Comment l’être humain a t-il réussi, au milieu de tout ce qui a agité l’univers pendant des centaines et des centaines d’années, à conserver la mémoire précise de mots et de gestes transmis fidèlement de génération en génération, comme s’ils avaient été enregistrés ?

Dans toutes les sociétés de tradition orale, la tradition c’est la mémoire.

Ceci est encore plus vrai s’agissant de la Galilée ancienne car elle a réussi à mettre au point un procédé de mémorisation jamais égalé depuis.

L’ouvrage d’Edgard Sienaert apporte un éclairage précis sur la manière dont les paroles et les gestes de Iéshoua ont été «enregistrés» si parfaitement dans les mémoires, tant à l’intérieur de la Palestine qu’à l’extérieur jusqu’à finalement parvenir jusqu’à nous qui pouvons ainsi nous nourrir d’une «tradition orale parfaitement transcrite par écrit ».

L’acheter

L’association dispose de plusieurs exemplaires de cet ouvrage, mis en vente lors de la rencontre du 11 novembre 2018.

Retrouver le contenu original en français

Memory, memorization and memorizers” contient, en trois parties:

  • Les Dernières dictées

Il s’agit de notes prises sous la dictée de Jousse par Gabriel Baron, peu avant sa mort. Ce texte a été édité par l’Association Marcel Jousse suite au travail d’Edgard Sienaert à partir de ces manuscrits.

  • Quatre cours donnés à l’école des Hautes-Études :

La psychologie du milieu ethnique palestinien: Notes sur la transmission orale formulaire. (HE 14/11/1933)

Les sunergoi-targoumistes accompagnateurs de Shaoul. (HE 23/02/1937)

L’envoi par écrit des catéchismes de Shaoul. (HE 02/03/1937)

Le mashal palestinien de l’olivier sauvage. (HE 25/05/1937)

Judâhen, Judéen, Judaïste dans le milieu ethnique palestinien. Paris : Geuthner, 1946.

Père, Fils et Paraclet dans le milieu ethnique palestinien. Paris : Geuthner, 1941.

La manducation de la leçon dans le milieu ethnique palestinien. Paris : Geuthner, 1950.

Les formules targoumiques du “Pater” dans le milieu ethnique palestinien. Paris : Geuthner, 1944.

Página 1 de 6

Funciona con WordPress & Tema de Anders Norén