Marcel Jousse

chercheur, anthropologue, pédagogue

Categoría: Cours de Jousse

(Français) Qu’est-ce que le propre de l’Homme ?

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Il a suffi d’orienter nos recherches vers la grande loi congénitale du mimisme pour qu’on s’aperçoive combien le mimisme humain est la faculté primordiale de l’homme. Ce n’est donc pas le langage – geste de la langue – qu’il va falloir étudier d’abord et dont il va falloir montrer la genèse, mais c’est le mimisme humain.

Pourquoi parlons-nous ? Je dirais que c’est normal, car lorsque nous redescendons au plus profond, nous voyons que nous mimons toutes choses, et que le langage oral n’est que le geste appauvri de la gesticulation globale.

Mais plus profonde question et non résolue encore est la suivante :
pourquoi l’enfant mime-t-il tout ? Pourquoi joue-t-il à tout ? Pourquoi a-t-il tant de mal à devenir le petit être empaillé que nous voulons faire de lui ? Pourquoi a-t-il trop et tant de mal, – et que même beaucoup ne peuvent pas y arriver, – à s’ajuster à ces algébrisations que nous lui imposons ? Pourquoi allons-nous trouver le geste qui toujours et partout reparaît ? Pourquoi les liturgies, pourquoi les traditions ? Pourquoi toutes ces fêtes où le geste joue le plus grand rôle ? Pourquoi les drapeaux ? Pourquoi ces décorations avec l’épée qui vient se poser sur l’épaule ? Pourquoi tous ces gestes sociaux ? Pourquoi cette politesse ? Pourquoi ces saluts ? Pourquoi enfin d’un bout du monde à l’autre le geste apparaît-il comme moyen d’intercommunication ?

C’est là le vrai problème et je n’ai pas eu la naïve prétention, l’an dernier, de vous le résoudre, mais vous voyez que c’est là, la grande loi humaine. « L’homme est le plus mimeur de tous les animaux. » Voilà le problème. Aristote l’avait déjà proposé et il faudra un jour que quelqu’un le résolve. Nous n’avons pu jusqu’ici en connaître la raison.

Extrait du cours du Professeur Marcel Jousse à l’École d’Anthropologie, le 6 novembre 1933.

Cet extrait est repris et commenté par Edgard Sienaert dans l’article « Le geste doit précéder la parole. De l’anthropologie du mimisme de Marcel Jousse » qu’il a publié dans la revue Degrés, n°171-172, automne-hiver 2017, Bruxelles.

Cet article est issu de l’intervention qui est visible en vidéo via cette page.

(Français) Jousse propose une méthodologie, pas des théories

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

S’approcher de l’anthropologie proposée par Jousse suppose de sortir de la posture habituelle du lecteur-élève face à l’auteur-théoricien. Ce n’est pas un auteur (de livres), c’est d’abord un enseignant * (de gestes). Il n’hésite pas dans ses cours à interpeller ses auditeurs, voire à se montrer provocateur, afin de secouer les habitudes de conformisme intellectuel.

* enseignant, au sens figuré et au sens propre : montrer (comme le fait l’enseigne d’un magasin)

Voici quelques orientations méthodologiques se dégageant de façon récurrente parmi ses cours.

1. Jousse ne veut pas de disciples : soyez vous-mêmes !

  • Seul Jousse peut vraiment comprendre Jousse
  • L’autorité de l’expérience personnelle
  • Prendre conscience de soi-même
  • Pas de disciples, mais des collaborateurs
  • Le professeur qui ne veut pas que vous pensiez comme lui
  • Un professeur qui veut être dépassé par ses élèves

2. Les choses avant les mots : revenir au réel

  • Se mettre en face des choses
  • Observer les faits
  • Vérifier les lois
  • Donner du réel, quoi qu’on en dise
  • Prendre conscience du réel, d’une façon vivante et d’une façon anthropologique

3. Désinfecter le vocabulaire, se défaire des fausses méthodes

  • La méthode de Pasteur pour étudier et manier le vivant
  • Se dégager des vieilles formules
  • Les fausses méthodes et les pseudo-problèmes : introduction au cours du 23 octobre 1940 à l’école des Hautes-Études
Le jour où vous me direz que vous êtes mes disciples, je considérerais cela comme une abdication de vous-mêmes, je veux que vous soyez les disciples du réel. Si je ne suis pas qu’un montreur de réel et si je m’impose à vous au lieu de réel, je ne serai qu’un déformateur et non pas le formateur comme je voudrais l’être ici.

Télécharger la compilation d’extraits de cours

(Français) Psychologie de l’enseignement : Le contact avec l’auditeur individuel

Disculpa, pero esta entrada está disponible sólo en Francés. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

 

Nous partageons ici la transcription du cours de Marcel Jousse à la Sorbonne, le 23 janvier 1936. C’est un cours émouvant et passionnant dans lequel il s’analyse lui-même en tant que professeur s’efforçant d’être réellement en relation avec son auditoire.

Il fait partie de la 6ème année de son enseignement libre à la Sorbonne, qui a pour thème général :

La Psychologie du Geste et la Psychologie de l’Enseignement

Les titres des cours précédents sont :

  1.  Mimisme humain et Psychologie de l’Enseignement
  2.  Le Sens des Mots et l’Expression individuelle
  3.  L’Action des Mots et la Déformation individuelle
  4.  L’Illusion de la «Communication» des Idées
  5.  La Sympathie intellectuelle de l’Auditeur

Télécharger le cours intégral

L’introduction :         De l’Auditeur collectif à l’Auditeur individuel

En préparant l’introduction à cette conférence, je n’ai pu m’empêcher de me souvenir de la première conférence que nous avons eue ici, il y a six ans, je me souviens que le long des grands vestibules de la Sorbonne, je ressentais une certaine émotion parce qu’aussi sûr soit-on du sujet qu’on doit enseigner, il y a un contact qui est toujours redoutable : c’est ce que nous avons appelé le contact collectif avec l’Auditeur.

C’est la première fois que l’homme se présente devant une Assemblée de professeurs et d’étudiants. Pendant les premières phrases qui doivent toujours constituer l’entrée en matière d’une leçon bien ordonnée, on voit en face de soi un peu ce qu’on aperçoit certains matins, lorsque, sur le haut d’une colline, on essaie de distinguer le paysage qui vous entoure. Il a une sorte de brouillard très fin, très délicat, irradiant la sympathie sans doute, mais du brouillard tout de même.

Et c’est un peu cela que vous avez senti, que nous avons tous senti (puisqu’ici, nous sommes presque tous des professeurs), c’est cela que nous tous senti en face de cet étrange assemblage de pensées humaines.

Rien n’est distinct. Quelles sont les lignes qui vont se dessiner dans ce paysage humain ? Nous n’en savons encore rien. Des nuances, sans doute, certaines ombres qui s’accentuent un peu, mais c’est tout.

Et puis, de cinq minutes en cinq minutes, de six minutes en dix minutes, ce brouillard bleu se fond, et nous voyons apparaître les contours des choses. Et quelquefois, tout se résout dans une grande limpidité du paysage environnant.

Depuis six ans que nous sommes ici, je pourrais dire que ce beau paysage d’un auditoire sympathique m’est apparu avec un tempo plus lent que pour cette sorte de limpidité de l’atmosphère qui enveloppe le paysage car les hommes sont beaucoup plus lents que les choses. On ne force pas l’entrée d’un être humain comme on déchire un brouillard physique.

C’est sur ce grand problème de la déchirure collective pour arriver à ce cœur à cœur (j’allais dire à cette « pensée à pensée »), que nous voudrions aujourd’hui faire porter notre analyse psychologique.

C’est un sujet très délicat. Je vous avoue que toute la journée j’y ai pensé avec une certaine angoisse. D’ordinaire, un sujet ne me fait pas peur. Soit en psychologie normale, soit en psychologie enfantine, soit en psychologie psychiatrique, je commence à sentir que mes doigts se sont un peu assouplis à cette extraordinaire souplesse des choses vivantes.

Et cependant aujourd’hui, je sens que le sujet est d’une délicatesse exquise, parce que là, nous n’allons plus avoir affaire à une collectivité mais à une individualité.

Los cursos de Marcel Jousse disponibles para descargar

Como presidente de la Asociación Marcel Jousse, me complace presentarle la última versión de este conjunto de textos enriquecidos.
Con la intención de difundir más el pensamiento vivo de Marcel Jousse, la asociación quería facilitar el trabajo de investigadores y profesionales en Francia y en todo el mundo, y esto de varias maneras:

primero pidiendo a una empresa especializada que realice una corrección de los textos resultantes de la digitalización, disponible desde 2003;
luego, eligiendo colocar todos estos textos bajo una licencia Creative Commons, lo que permite promover el uso y la circulación en un marco legal adecuado;
y finalmente, ponerlos a disposición para su descarga desde el sitio web de la asociación.

Tenemos una guía a su disposición para ayudarlo a explorar estos cursos, que siguen siendo una fuente de inspiración para el presente.

Edgard Sienaert

Investigador honorario en Bloemfountain University, Sudáfrica

¡Descarga las lecciones de Jousse!

¡La Asociación Marcel Jousse distribuye a través de Internet las 20 000 páginas de las transcripciones de los cursos de Jousse!
Hemos decidido promover su uso y distribución generalizada en todo el mundo a través de una licencia de Creative Commons.
Podrás descargar un archivo que contiene todos los cursos, en 2 formatos:

En formato pdf, tiene ante usted una versión escaneada de cada curso de Jousse, en su transcripción original.
En formato doc, tiene una versión de texto que reproduce el original con una confiabilidad del 99.9%. Su lectura y su trabajo serán así facilitados.

Esta segunda versión se realizó a petición nuestra en 2017 por una empresa especializada.
¡Gracias por su contribución financiera que permitirá a la asociación financiar nuevas acciones!
Lo mantendremos informado de las noticias futuras relacionadas con los cursos de Jousse.

Por favor contáctenos en webmaster [at] marceljousse.com:

– si encuentra dificultades técnicas al registrarse,
– si vives en un país con un alto nivel de brecha de vida con la zona del euro.

Nota: El siguiente formulario está gestionado por una plataforma segura de pago en francés, HelloAsso, que le permite recopilar membresías en línea para asociaciones. Lo usamos aquí para el pago de una contribución única, a cambio de acceso a la descarga de documentos. La plataforma no cobra una tarifa de transacción y le solicitará que pague una cantidad gratuita.

Es posible pagar:

  • con tarjeta de crédito (la transacción es inmediata; se requiere un sistema de autenticación «3D seguro»);
  • por cheque (solo para cuentas bancarias francesas);
  • por débito directo de SEPA (con su número de cuenta IBAN – recibirá un código para validar el pago en su teléfono móvil).

Propulsé par HelloAsso

Creado con WordPress & Tema de Anders Norén