chercheur, anthropologue, pédagogue

Category: Documents Page 2 of 5

(Français) D’un passage par le laboratoire de prise de conscience : Edgard Sienaert

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Dans cette intervention au colloque “L’homme est mémoire” à Bordeaux (2014), Edgard Sienaert se livre à travers une sorte de biographie anthropologique, suivant l’invitation de Jousse à pratiquer le “laboratoire de prise de conscience”.

Suite à une introduction basée sur des citations de cours de Jousse, Edgard Sienaert retrace chronologiquement quelques unes de ses expériences significatives face aux langues et aux cultures, de son enfance en Belgique, jusqu’à l’Afrique du Sud et au Lesotho où il vit aujourd’hui.

Il les relie au mimisme humain décrit par Jousse, fondement d’une triple cohérence de l’humain avec lui-même, avec le cosmos, et des hommes entre eux… qui peut être menacée :

  • par le psychisme : séparation factice de l’humain entre corps et esprit ;
  • par l’algébrosisme : perte de contact du langage oral et écrit avec le monde ;
  • et par le racisme : perte de l’appartenance commune entre les hommes.

Il faut attendre un peu le chargement de la vidéo avant de pouvoir la visionner. Un lecteur Adobe Flash est nécessaire.

Si rien ne s’affiche ci-dessus, allez la voir directement depuis le site de l’Université Bordeaux Montaigne et essayez de cliquer sur LD en bas à droite (basse définition) au lieu de HD (haute définition).

(Français) Jean-Rémi Lapaire : un linguiste qui rejoint l’anthropologie du geste

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Jean-Rémi Lapaire étudie et enseigne la linguistique anglaise et les études gestuelles à l’Université de Bordeaux.

Dans cette intervention au colloque “L’homme est mémoire” (2014), il nous présente différents exemples de gestes présents dans l’expression corporelle spontanée que nous avons lorsque nous communiquons avec autrui. Il retrace également les apports à ses recherches d’auteurs n’ayant pas connu les travaux de Jousse tels que Birdwhistel, Goffman, Malinowski. Il présente enfin ce qu’il retire de la pensée de Jousse dans sa pratique d’enseignant de l’anglais, en lien avec les travaux de James Asher, du phonéticien Dennis Fry, et de Kendon.

La vidéo sur le site de l’Université Bordeaux Montaigne

(Français) Psychologie de l’enseignement : Le contact avec l’auditeur individuel

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

 

Nous partageons ici la transcription du cours de Marcel Jousse à la Sorbonne, le 23 janvier 1936. C’est un cours émouvant et passionnant dans lequel il s’analyse lui-même en tant que professeur s’efforçant d’être réellement en relation avec son auditoire.

Il fait partie de la 6ème année de son enseignement libre à la Sorbonne, qui a pour thème général :

La Psychologie du Geste et la Psychologie de l’Enseignement

Les titres des cours précédents sont :

  1.  Mimisme humain et Psychologie de l’Enseignement
  2.  Le Sens des Mots et l’Expression individuelle
  3.  L’Action des Mots et la Déformation individuelle
  4.  L’Illusion de la “Communication” des Idées
  5.  La Sympathie intellectuelle de l’Auditeur

Télécharger le cours intégral

L’introduction :         De l’Auditeur collectif à l’Auditeur individuel

En préparant l’introduction à cette conférence, je n’ai pu m’empêcher de me souvenir de la première conférence que nous avons eue ici, il y a six ans, je me souviens que le long des grands vestibules de la Sorbonne, je ressentais une certaine émotion parce qu’aussi sûr soit-on du sujet qu’on doit enseigner, il y a un contact qui est toujours redoutable : c’est ce que nous avons appelé le contact collectif avec l’Auditeur.

C’est la première fois que l’homme se présente devant une Assemblée de professeurs et d’étudiants. Pendant les premières phrases qui doivent toujours constituer l’entrée en matière d’une leçon bien ordonnée, on voit en face de soi un peu ce qu’on aperçoit certains matins, lorsque, sur le haut d’une colline, on essaie de distinguer le paysage qui vous entoure. Il a une sorte de brouillard très fin, très délicat, irradiant la sympathie sans doute, mais du brouillard tout de même.

Et c’est un peu cela que vous avez senti, que nous avons tous senti (puisqu’ici, nous sommes presque tous des professeurs), c’est cela que nous tous senti en face de cet étrange assemblage de pensées humaines.

Rien n’est distinct. Quelles sont les lignes qui vont se dessiner dans ce paysage humain ? Nous n’en savons encore rien. Des nuances, sans doute, certaines ombres qui s’accentuent un peu, mais c’est tout.

Et puis, de cinq minutes en cinq minutes, de six minutes en dix minutes, ce brouillard bleu se fond, et nous voyons apparaître les contours des choses. Et quelquefois, tout se résout dans une grande limpidité du paysage environnant.

Depuis six ans que nous sommes ici, je pourrais dire que ce beau paysage d’un auditoire sympathique m’est apparu avec un tempo plus lent que pour cette sorte de limpidité de l’atmosphère qui enveloppe le paysage car les hommes sont beaucoup plus lents que les choses. On ne force pas l’entrée d’un être humain comme on déchire un brouillard physique.

C’est sur ce grand problème de la déchirure collective pour arriver à ce cœur à cœur (j’allais dire à cette « pensée à pensée »), que nous voudrions aujourd’hui faire porter notre analyse psychologique.

C’est un sujet très délicat. Je vous avoue que toute la journée j’y ai pensé avec une certaine angoisse. D’ordinaire, un sujet ne me fait pas peur. Soit en psychologie normale, soit en psychologie enfantine, soit en psychologie psychiatrique, je commence à sentir que mes doigts se sont un peu assouplis à cette extraordinaire souplesse des choses vivantes.

Et cependant aujourd’hui, je sens que le sujet est d’une délicatesse exquise, parce que là, nous n’allons plus avoir affaire à une collectivité mais à une individualité.

(Français) En quoi la pensée de Jousse nous est-elle nécessaire aujourd’hui ?

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Muriel Roland a proposé que cette question serve de fil rouge pour les 50 ans de l’Association Marcel Jousse. A notre demande, elle s’est lancée pour offrir une première contribution sur cette question.

Nous souhaitons faire redécouvrir la pensée anthropologique de Jousse dans toute sa richesse, et mettre en lumière comment elle reste une puissante source d’inspiration pour de nombreuses personnes dans des domaines de pratique et de réflexion très variés.

L’intention est de susciter la curiosité, le questionnement, et le dialogue.

Vous pouvez vous abonner à notre chaîne You Tube, y partager vos commentaires (avec un compte utilisateur, à créer avec l’adresse courriel de votre choix).

Vous souhaitez vous aussi être interviewé(e) ? (c’est possible à distance, via un ordinateur équipé d’une webcam)

N’hésitez pas à prendre contact avec Thomas !

Ressources complémentaires :

 

The courses of Marcel Jousse available for download

As president of the Marcel Jousse Association, I am pleased to present you the latest version of this body of rich texts.
With the intention of spreading more the living thought of Marcel Jousse, the association wanted to facilitate the work of researchers and practitioners in France and around the world, and this in several ways:

first by asking a specialized company to perform a correction of the texts resulting from digitization, available since 2003;
then by choosing to place all these texts under a Creative Commons license, allowing to promote the use and circulation in a suitable legal framework;
and finally, making them available for download from the association’s website.

We have a guide at your disposal to help you explore these courses, which remain a life-giving inspiration for the present.

Edgard Sienaert

Honorary researcher at Bloemfountain University, South Africa

Download Jousse lessons!

The Marcel Jousse Association distributes via the Internet the 20 000 pages of Jousse’s course transcripts!
We have decided to promote their use and widespread distribution around the world through a Creative Commons license.
You will be able to download a file containing all the courses, in 2 formats:

In pdf format, you have before you a scanned version of each course of Jousse, in its original transcription.
In doc format, you have a text version that reproduces the original with 99.9% reliability. Your reading and your work will thus be facilitated.

This second version was made at our request in 2017 by a specialized company.
We thank you for your financial contribution which will allow the association to finance new actions!
We will keep you informed of future developments related to Jousse courses.

Please contact us at webmaster [at] marceljousse.com:
  • if you encounter technical difficulties when registering,
  • if you live in a country with a high standard of living gap with the euro area.

Note: The form below is managed by a secure French payment platform, HelloAsso, which allows you to collect online memberships for associations. We use it here for the payment of a one-time contribution, in exchange for access to the downloading of documents. The platform does not charge a transaction fee and will solicit you to tip a free amount.

It is possible to pay:
  • by credit card (the transaction is immediate – a “3D secure” authentication system is required);
  • by check (only for French bank accounts);
  • by SEPA Direct Debit (with your IBAN account number – you will receive a code for payment validation on your mobile phone).

Propulsé par HelloAsso

(Français) Les conférences de Jousse qui n’ont pas été transcrites

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Entre la publication du Style Oral (1925) et le début de ses cours réguliers à la Sorbonne, à l’Ecole d’Anthropologie :

1927 : 3 conférences à l’Institut Biblique Pontifical, à Rome

1930 : 3 conférences à l’Université catholique de Louvain, Institut Supérieur de Philosophie

1 conférence donnée à l’Instituut Voor Opvoedkunde, St Lucasschool, à Gent

1931 : 3 conférences données au Foyer international des étudiants catholiques, à Paris

1931 : 1 conférence donnée à la salle de la Société de Géographie, à Paris

1932 : 3 conférences données à l’Institut international d’Anthropologie, à Paris

 

Il est aussi sollicité par des théologiens :

1937 : 1 conférence donnée à la Faculté libre de théologie protestante, à Paris

Entre 1934 et 1937, 3 cycles de leçons données à la Faculté de Philosophie de Jersey (lieu de formation des Jésuites)

 

> Le catalogue des conférences et leçons de Marcel Jousse qui n’ont pas été transcrites.

Jousse according to the TIME Magazine, Nov. 6, 1939

To the Society of Jesus, militant defenders of Roman Catholic orthodoxy, a French Jesuit named Marcel Jousse has long been its enfant terrible. A onetime artillery captain who began studying for the order after World War I, white-haired, fiftyish Père Jousse invented and today teaches something he calls Rhyth-mocatechism, or preaching with gestures.

His theory began to evolve when he noticed a distinction between anthropoid and apish mimicry: children can imitate such actions as shaving and shooting without using razors or guns; but apes cannot, or do not. Père Jousse decided that miming and gesturing came before writing; hieroglyphics, he believed, were not ideograms, but mimograms, representations of significant gestures.

From his researches Père Jousse concluded that it was possible to reconstruct not only what Jesus said, but how He said it, from texts in Aramaic—the language which many believe that Jesus spoke, and which Père Jousse believes is admirably fitted for eloquent gesturing. To other Jesuits, his theories smelled of heresy. But Père Jousse argued himself out of trouble, even convinced the late Pope Pius XI, in a personal interview whose words and gestures were not reported, that he was fundamentally orthodox.

War notwithstanding, in Paris last week Père Jousse made ready to resume at the Sorbonne his course in rhythmocatechism. Its title: Les Rhytlimes Formulaires de I’Apocalypse d’Ezdras et le Style Oral Palestinien. Père Jousse’s first enrolée was his good friend and collaborator, a tiny, wrinkled, white-haired spinster, by name Ms Gabrielle Desgrées du Lou. This lady, who must enroll as a student in order to get in the Sorbonne, does Père Jousse’s gestures for him on the platform. While chanting, for example, Jesus’ parable of the houses built on sand and on rock, Ms Desgrées du Lou rolls her eyes, waves her arms, twists and sways like a ballet dancer. When Père Jousse lectures, 200 people watch goggle-eyed: doctors, spiritualists, philologists, ballet students, poets (among them Paul Valery)—and two Jesuit theologians, hawklike for heresies.

Marcel Jousse : The Oral Style and the Anthropology of Gesture

Edgard Sienaert published an article with this title in the journal Oral Tradition, 5/1 (1990).

It includes a wide bibliography of works by and about Marcel Jousse.

Read the article

About the influence of Marcel Jousse on Ivan Illich work

(Français) Retour en vidéo sur Geste’Stations (2016)

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Geste’Stations – Les saisons du geste en scène – Opus 1
Journée d’étude autour de Marcel Jousse en compagnie d’Edgard Sienaert :
Rejouer les gestes de l’Univers

Edgard Sienaert entouré d’une vingtaine d’artistes-chercheurs qui ont proposé de multiples échos, au travers de courtes performances artistiques, démonstrations, mini-ateliers, chansons…

Cette journée du 28 mai 2016 a été filmée et un montage a été réalisé en deux vidéos :

  • la première rassemble des extraits des interventions artistiques et pédagogiques (durée 1h08)
  • la seconde rassemble les communications d’Edgard Sienaert faites tout au long de la journée, ponctuées d’extraits de cours de Marcel Jousse lus par Gérard Rouzier  (durée 55 minutes)

C’est là : http://www-artweb.univ-paris8.fr/?Geste-Stations-Les-saisons-du

Les  intervenantes et intervenants :

Jean-Michel Daganaud, comédien, metteur en scène, professeur de placement du corps et de la voix
Lina Do Carmo, chorégraphe, danseuse-mime, doctorante
Régine Géraud, mime, comédienne, coach, performer
Marcos Malavia, acteur, metteur en scène
Géraldine Moreau, mime, médiatrice culturelle
Frédéric Pagès, chanteur, comédien, pédagogue
Marie Potapushkina-Delfosse, professeure des écoles, docteure en sciences du langage
Muriel Roland, actrice, metteuse en scène, doctorante
Gérard Rouzier, comédien
Elena Serra, pédagogue, metteuse en scène et comédienne
Laurence de Sève, chanteuse
David Sire, chanteur
Érico José Souza de Oliveira, metteur en scène, chercheur
Alain d’Ursel, kinésithérapeute
Nadia Vadori-Gauthier, artiste de performance, praticienne somatique, docteure en esthétique, EDESTA, EA 1573, Paris 8
Clara-Elisabeth Vasseur, philosophe
Olivier Viaud, danseur
Claire Willemann, plasticienne

Suite à cette journée, Edgard Sienaert a publié un article intitulé “Le geste doit précéder la parole. De l’anthropologie du mimisme de Marcel Jousse” dans la revue Degrés (Bruxelles). Il s’agit du n°171-172, automne-hiver 2017 de cette revue de sémiologie, sur le thème “L’interdisciplinarité entre recherche et création”.

On y trouve aussi un article de Nadia Vadori-Gauthier . A découvrir, la présentation de son projet “Une minute de danse par jour” sur You Tube et sur son propre site.

Merci à Muriel Roland (Compagnie SourouS / Université Paris 8) d’avoir initié et coordonné ce projet jusqu’à cette belle restitution.

Page 2 of 5

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén