chercheur, anthropologue, pédagogue

Categoria: Actualités Page 1 of 4

(Français) Au programme de la rencontre du dimanche 21 novembre 2021

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma alternativo. Pode clicar na ligação para alterar o idioma activo.

A la suite du séminaire proposé samedi, les rencontres annuelles de l’Association Marcel Jousse se poursuivent en vidéo-conférence dimanche après-midi.

1. Lien de connexion Zoom via votre navigateur.

2. Via le logiciel : ID de réunion : 933 9531 9996  / Code secret : 21-11-21

3. Une seule touche sur tel mobile : +33186995831,,93395319996#,,,,*22071129# (France)

4. Composez un numéro en fonction de votre emplacement (cette option limite les possibilités de participation)

+33 1 7095 0350 France
+27 87 550 3946 Afrique du Sud
+1 646 558 8656 États-Unis (New York)
+1 778 907 2071 Canada
+52 558 659 6001 Mexique

ID de réunion : 933 9531 9996

Code secret : 22071129

Trouvez votre numéro local

A 14h30 :  Assemblée Générale

A l’ordre du jour, pour les membres :  présentation et réponse aux questions sur le rapport moral et le rapport financier ; présentation des personnes candidates pour le renouvellement du Bureau de l’association jusqu’en 2024. Les votes auront lieu via un formulaire électronique.

Intermède : un texte de Marcel Jousse lu par Céline Perrot.

Jusqu’à 16h :  Partage des actualités et projets des membres contribuant à la diffusion de la pensée de Jousse dans le monde, en particulier hispanophone.

Les bas-reliefs de Kong Wang Shan en Chine

De 16h à 17h15 : Pierre Perrier (Académie des Sciences)

Il nous présentera des nouvelles sur les recherches historiques inspirées de l’anthropologie de Jousse, au sujet de la diffusion orale du message chrétien par les apôtres, qui est à l’origine des Églises chrétiennes d’Orient et d’Occident. Il a en effet pris part du 27 au 29 octobre dernier à un colloque important du Comité Pontifical de Sciences Historiques, au Vatican, sur le thème :

« Enquête sur l’histoire des premiers siècles de l’Église »

L’enjeu du colloque était d’échanger sur la nécessité ou non d’une remise à jour de la manière dont on raconte l’histoire des débuts de l’Église. Avec 28 contributeurs, de l’Espagne à la Chine, cela couvrait non seulement ce qui eut lieu en Palestine et à Rome, mais plus largement toutes les missions des apôtres et de leurs premiers successeurs.
L’organisateur du Colloque ouvrait ainsi la place à des explications joussiennes sur la composante hébraïque et orale des prédications et de la constitution de l’Église. Les divergences d’interprétation sont fondées sur des positions méthodologiques :

  • soit du côté de l’exégèse et de recherches historiques travaillant à partir de documents écrits,
  • soit du côté des recherches intégrant les découvertes de Jousse sur le Style oral,
  • soit entre ces 2 positions, des approches comprenant l’anthropologie, l’archéologie et la culture.

Nous avons pu faire passer une vision eurasiatique d’échanges intensifs au premiers siècles portant la Bonne Nouvelle par la diaspora hébraïque et un peu de Jousse. On présentera donc cette place de Jousse, directe ou sous jacente dans ce colloque, et le point sur nos travaux bien accueillis mais aussi refusés en Occident seulement par plusieurs, et on essayera de comprendre pourquoi.

 

De 17h15 à 17h30 : conclusion des rencontres

 

* * * * * *

 

Sur le même thème que la présentation de Pierre Perrier, pour nos amis hispanophones, nous partageons cette information :

Lundi 29 novembre 2021, à 19 h 40 (heure de Paris) une conférence aura lieu sous le titre :

« L’Anthropologie du Geste de Marcel Jousse : nouvelles recherches sur l’oralité »

à l’Université Ecclésiastique San Dámaso (Madrid) et virtuellement via la chaîne YouTube de ladite université.  

Il s’agit de la 4ème journée du Cycle de Conférences intitulé : « La pédagogie de l’Église des Apôtres »

L’exposé sera proposé par le Dr. M. Francisco José López Sáez (Université Pontificale Comillas / Université Ecclésiastique San Dámaso) et M. Francisco García Baca (Université Pontificale Comillas) qui offriront une introduction biographique de Marcel Jousse et une initiation à son Anthropologie du Geste, suivies d’une présentation des nouvelles recherches sur l’oralité.

Télécharger la présentation

(Français) Séminaire en ligne samedi 20 novembre 2021

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma alternativo. Pode clicar na ligação para alterar o idioma activo.

Du fait des restrictions sanitaires, nous allons cette année à nouveau, proposer la rencontre annuelle en visioconférence, samedi 20 et dimanche 21 novembre.

Le samedi après-midi sera consacré à un séminaire permettant de lancer une réflexion collective sur le thème :

Violences & sociétés au 21ème siècle :
Approches croisées à partir de Marcel Jousse, de René Girard, et de recherches contemporaines.

14h30 – 17h30 via Zoom

1. Lien de connexion Zoom via votre navigateur.

2. Via le logiciel Zoom : ID de réunion : 931 3267 0476  /  Code secret : 20-11-21

3. Une seule touche sur tel mobile : +33186995831,,93132670476#,,,,*32866075# (France)

4. Composez un numéro en fonction de votre emplacement (limite les possibilités de participation)

+33 1 7095 0350 France
+27 87 550 3946 Afrique du Sud
+1 646 558 8656 États-Unis (New York)
+1 778 907 2071 Canada
+52 558 659 6001 Mexique

ID de réunion : 931 3267 0476

Code secret : 32866075

Trouvez votre numéro local

La colonisation gestuelle : lecture d’un extrait de cours de Marcel Jousse par Muriel Roland (5 min)

Qu’est-ce que la colonisation pour Jousse ? Il le précise le 29 avril 1946 dans son cours introductif sur ce thème qu’il développe à l’École d’Anthropologie :

“Autrefois, quand nous nous trouvions en face de l’ennemi, s’échangeait le dialogue muet et terrible : « Tue-moi ou je te tues ». J’allais presque dire avec la même loi, mais avec un petit peu plus de précaution, nous avons ce qu’on peut appeler la diplomatie. Nous nous regardons de peuple à peuple : « Colonise-moi ou je te colonise ».

C’est qu’en effet, nous prenons, nous, ce mot dans son sens gestuel. Qu’est-ce que c’est que le colon ? C’est celui qui cultive, c’est celui qui met précisément en réserve ce qui est cultivé pour procurer à manger. C’est là toutes les grandes lois que vous appelez économiques, commerciales. Vous déguisez vos gestes avec des mots qui savent mentir. Je vous ai dit que c’est une ironie d’avoir un professeur d’Anthropologie du Langage qui ne croit pas au langage. Parler, bien parler, c’est savoir mentir !”

Introduction du séminaire :

« L’un des élèves les plus remarquables de Mlle Baron lui disait l’autre jour : ‘Ce qui est frappant chez le P. Jousse, c’est qu’il fait repenser toute chose.’ C’est cela. Il faut reposer tous les problèmes, non pas en fonction de Jousse qui n’est rien dans l’espèce, mais en fonction du Mimisme découvert par Jousse. »

Pour Marcel Jousse (1886-1961), dans tout phénomène humain, le mimisme est constamment à l’œuvre. Ce terme signifie simplement que « L’anthropos mime l’univers » – qu’il le veuille ou non. C’est pourquoi Jousse considère qu’un manque de compréhension de ce mécanisme anthropologique de base ne peut conduire qu’à des méthodes scientifiques erronées, génératrices de pseudo-problèmes apparemment insolubles.

La face lumineuse du mimisme est la capacité qu’il donne à notre espèce de connaître, de s’adapter, d’inventer, de conserver et de transmettre ses connaissances, et par conséquent de développer une incroyable diversité de cultures et de sociétés, avec leurs langues, leurs manières de vivre, leurs croyances et leurs techniques…
Par rapport à elle-même et par rapport au monde qui l’entoure, cette puissance créatrice de notre espèce implique une redoutable responsabilité collective, dans la mesure où elle peut avoir des conséquences destructrices, à des échelles dans le temps et dans l’espace qui dépassent radicalement celles de notre perception individuelle. Le 20ème siècle en a apporté maints témoignages tragiques. La catastrophe écologique mondiale qui ne peut plus être niée en ce début de 21ème siècle se conjugue avec les menaces pré-existantes de violences inter-humaines, que ce soit le fait d’individus isolés, de groupes terroristes, d’États autoritaires, de pouvoirs économiques et financiers transnationaux, de guerres civiles ou de conflits entre États rivaux…

Lire la suite de la présentation du thème

Les interventions

Gabriel Bourdin – professeur d’anthropologie à l’UNAM (Mexique) :
La tournure rituelle. Violence, mimisme et désenchantement du monde dans les sociétés du XXIe siècle.”

Résumé de la communication

Muriel Roland – artiste de théâtre, chercheuse, doctorante :
René Girard et Marcel Jousse : une complémentarité permettant de mieux comprendre la violence ?”

Pour René Girard, le désir mimétique est à l’origine de la violence humaine. C’est pour réguler cette violence que les communautés ont de tous temps et en tous lieux pratiqué sacrifices et rituels, ceci conduisant à la naissance du sacré, et par conséquent, de la culture. Pour Marcel Jousse, c’est le mimisme qui permet la transmission gestuelle, laquelle humanise littéralement et pacifie les individus comme les communautés. Ces deux versants de la mimésis et leur nécessaire articulation sont au centre du message des évangiles et ce n’est pas un hasard si les deux hommes ont fait du texte biblique leur terrain de prédilection.

Titus Jacquignon – doctorant :
La vie est un combat : le thème de la violence dans les cours de Marcel Jousse”

La violence, mais plus largement la lutte et le combat, sont omniprésents dans les cours de Marcel Jousse. Pour mieux s’en rendre compte, il suffit d’y rechercher les thèmes opposés : la douceur ou la paix – elles n’y apparaissent que furtivement. Même la confraternisation dont il parle n’est pas la paix, mais plutôt une après-guerre – peut-être une entre-deux-guerres.
Deux aspects principaux du thème se détachent clairement. Le titre de mon intervention a en fait une double signification :
• La violence de Marcel Jousse dans ses cours, stylistiquement et intellectuellement, à des fins pédagogiques.
• La violence, la lutte, le combat, dans le monde anthropologique et social (et dans le monde animal).
Ce sera mon plan de route.

Thomas Marshall – docteur en sciences de la communication :
“Comment cesser notre autodestruction ? Vers une culture de la transformation des traumatismes.”

Les violences exercées de façon intentionnelle ou non par les êtres humains envers leurs congénères et sur les systèmes écologiques ont pris une ampleur telle que leurs effets dans l’espace et le temps échappent radicalement à nos capacités de perception. Notre incapacité collective à tirer des conséquences pratiques des alertes présentées par les scientifiques donne l’impression que les sociétés technologiquement avancées du monde entier sont engagées dans une dynamique d’auto-destruction impactant l’ensemble de la vie sur Terre. Cette situation suscite chez un grand nombre de nos contemporains, les jeunes en particulier, une grande anxiété.
Jousse a nourri son anthropologie du mimisme notamment des observations des cliniciens de la « santé mentale », à la suite des recherches de son maître Pierre Janet. Il a formulé des diagnostics sur les maladies de civilisation dont nous étions selon lui victimes, en s’inspirant de la terminologie médicale. Cette démarche d’investigation psycho-physiologique des maux contemporains de notre espèce mérite d’être réactualisée à la lumière des découvertes de ces dernières décennies sur le système nerveux, et en particulier sur les mécanismes de survie impliqués dans l’apparition, dans la reproduction et dans la possible transformation des traumatismes individuels et collectifs.

Déroulement

Le séminaire sera animé par Thomas Marshall.
Chaque intervenant disposera d’un temps maximum de 30 minutes pour son intervention, suivie de 10 minutes de questions et échanges avec l’auditoire.

 

Revenez sur cette page début novembre pour en savoir plus !

Chamada de trabalhos sobre a antropologia do gesto

Gabriel Bourdin, Professor de Antropologia da Universidade Nacional Autônoma do México, convida a responder a uma chamada de artigos para a revista Mundaú, publicada pela Universidade Federal de Alagoas no Brasil.

Juntamente com um colega desta universidade, ele está coordenando o dossiê do número 11 da revista, que será publicado no final de 2021, sobre o tema da antropologia do gesto.

Os artigos devem ser apresentados até 30 de julho. Elas podem ser escritas em espanhol, português, francês ou inglês.

Aqui está a apresentação do tema:

(Français) Un dossier sur Marcel Jousse publié par la revue Transversalités

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma alternativo. Pode clicar na ligação para alterar o idioma activo.

A l’occasion du dépôt des archives Marcel Jousse (1886-1961) à l’Institut Catholique de Paris, soixante ans après sa mort,  le numéro de la revue Transversalités  d’avril-juin 2021 propose un dossier “Marcel Jousse” dirigé par Camille Riquier, Vice-Recteur à la recherche à l’ICP.

Nous nous réjouissons de cette première publication de l’Institut Catholique de Paris au sujet de l’œuvre de Marcel Jousse , la voie ayant été ouverte par la thèse de doctorat en philosophie de Clara-Elisabeth Vasseur sur Jousse et Bergson. La publication du livre tiré de cette thèse marquante est prévue en 2021.

Merci à tous les auteurs et autrices de ce dossier qui partagent dans les articles leur travail personnel, nous montrant ainsi que la pensée de Jousse peut rester vivante et inspirante à notre époque, dans différents domaines.

Nous vous invitons à partager en commentaires en bas de cet article vos appréciations à propos de l’un ou l’autre de ces articles. Les commentaires hors-sujet ou manquant de respect ne serons pas publiés.

Au sommaire (avec lien vers les résumés)  :

•        Liminaire – Camille Riquier

•        Marcel Jousse : un Kepler de l’ éducation – Rémy Guérinel

•        Penser le réel avec Marcel Jousse et Henri Bergson – Clara-Élisabeth Vasseur

•        Marcel Jousse ou la subversion lumineuse – Bertrand Vergely

•        Conserver, adapter, transformer : Marcel Jousse à l’ épreuve du présent – Jean-Rémi Lapaire

•        Marcel Jousse et la phénoménologie. L’originalité du concept d’ intussusception : en deçà de l’empathie, l’alliance avec la résonance – Natalie Depraz

 

Pour commander un exemplaire papier, il y a deux possibilités.

  • Écrire à la revue : Revue Transversalités – Institut catholique de Paris – Vice-rectorat à la recherche – 21, rue d’Assas – 75270 Paris Cedex 06 ou à l’adresse transversalites [AROBASE] icp.fr
  • ou s’adresser à son libraire qui fera la commande.

Le prix de vente est de 16 euros. Pour les commandes qui arrivent à la revue, l’envoi est fait à réception d’un chèque de 16 euros à l’ordre de “Institut catholique de Paris”.

Le numéro en version numérique peut être acheté directement auprès de Cairn pour 12,90 euros ou chaque article au prix de trois euros.

Uma nova vida para os arquivos de Jousse

A 31 de Março de 2021, os arquivos de Jousse foram recebidos pela biblioteca do Institut Catholique de Paris. Serão assim preservados e classificados por profissionais, depois tornados acessíveis aos investigadores, para um melhor conhecimento da sua vida e obra.

Depois de disponibilizar ao público todas as transcrições das suas conferências, a Associação Marcel Jousse deu mais uma vez um grande passo em frente para a posteridade do trabalho de Jousse.

Estas 7 caixas de arquivos incluem documentos sobre a vida e investigação de Jousse, bem como sobre o trabalho da sua colaboradora Gabrielle Baron após a sua morte, o que levou à criação da Associação Marcel Jousse.

Elisabeth d’Eudeville, secretária da associação, tem sido muito persistente durante muitos anos na procura de uma instituição que pudesse receber estes arquivos. Finalmente chegou-se a um acordo com o Institut Catholique de Paris… e o contexto da epidemia da COVID tinha novamente adiado esta transferência. Então é isso!

Manter-vos-emos informados sobre o trabalho de valorização que será realizado sob a responsabilidade de Guillaume Boyer, curador das colecções antigas e patrimoniais.

O próximo evento é a publicação prevista para Abril de um número especial sobre Marcel Jousse da revista universitária do ICP, Transversalités.

A ser continuado!

(Français) Séminaire 2021 du Dr Bourdin, en espagnol : du 5 mars au 28 mai

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês e Espanhol Europeu. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma por omissão para este site. Pode clicar numa das ligações para mudar o site para outro idioma disponível.

(Français) La musicothérapie active, par Willy Bakeroot

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma alternativo. Pode clicar na ligação para alterar o idioma activo.

Fort d’une longue expérience de praticien et de formateur, Willy Bakeroot présente, dans un ouvrage collectif qui paraît en mars 2021, une démarche thérapeutique pratiquée depuis de nombreuses années : la musicothérapie active.

Il s’inspire notamment des travaux anthropologiques de Marcel Jousse qui nous enseigne le profond ancrage de la parole dans les gestes rythmiques du corps humain. Ces gestes sont reçus par notre corps, depuis notre naissance, à travers toutes les interactions qui se produisent avec les choses, les autres êtres vivants, et spécialement les membres de notre milieu social.

Les sociétés traditionnelles de style oral avaient bien compris que c’est avant tout par la mobilisation du corps qu’on pouvait prendre soin des souffrances des êtres humains et les aider à s’en libérer : sur tous les continents, ces sociétés ont développé, chacune avec leur propre vision du monde et croyances, des pratiques et rituels de guérison intégrant dans une globalité différents types de gestes expressifs : par la voix rythmée et mélodiée, par des instruments sonores, par des mouvements de tout le corps, etc.

Nos sociétés modernes ont séparé et codifié cette globalité expressive dans des arts distincts tels que la musique, le chant, la danse, le théâtre… Une séparation aussi a été établie entre les “artistes” et les “spectateurs”.

Pour retrouver un accès à des formes d’expression plus spontanées et globales, qui avaient quasiment disparu de la culture occidentale, un pédagogue allemand du début du 20ème siècle, Carl Orff, s’est tourné vers des sociétés traditionnelles pour y collecter un ensemble d’ingrédients de base, qu’il faisait explorer à des groupes d’enfants de façon ludique: le Schulwerk.

Willy Bakeroot et plusieurs thérapeutes qu’il a formé présentent dans ce livre les sources d’inspiration de la musicothérapie active, et témoignent concrètement de leur utilisation de ses différents ingrédients dans le cadre d’une relation de soin, et plus particulièrement avec des enfants.

 

Couverture du livre Musicothérapie active de Willy Bakeroot, Dunod, 2021

Cliquez sur l’image pour accéder au sommaire

Willy Bakeroot a été psychomotricien, puis est devenu psychanalyste. musicothérapeute et formateur.
Il a exercé pendant une trentaine d’années en psychothérapie auprès d’enfants, dans plusieurs centres psychopédagogiques de la région parisienne.
Il anime des formations et ateliers de musicothérapie active pour des professionnels dans les milieux médico-éducatifs et médico-sociaux.
 

 

Extraits du préambule

Depuis l’aube des temps, les techniques de soins ont utilisé le registre rythmo-mélodique intimement lié à la parole et aux mouvements dansés du corps. Ces techniques prenaient leurs sens dans les mythologies du moment. Dans ces mythologies s’enracinaient les pratiques orales du récit et du conte soutenues par le rythme musical et la danse.
C’est de cet ensemble d’éléments que s’inspirent les formes de la « Musicothérapie Active » proposée ici.
(…)

Notre champ de travail concerne ce que nous appelons les « désordres psychiques ». Il se base sur une relation transférentielle entre celui qui demande à être aidé et celui qui prétend aider. Au cœur de cette relation se trouve une parole qui s’efforce de faire sens.

Cependant, nous sommes, surtout avec les enfants, en présence d’une parole bien difficile à formuler. C’est sans doute pourquoi le recours aux racines de la parole est précieux. Ces racines sont simples, rythmiques, corporelles, gestuelles et sonores. À l’inverse d’une habitude trop cérébrale de « penser », on comprend ici que parler est un geste issu du corps tout entier. Marcel Jousse le nomme « geste laryngo-buccal ». Le rythmo-musical étant l’enveloppe de la parole.

Dans cette perspective, il fallait trouver avant tout une pratique musicale abordable par les patients. Une manière de musiquer qui libère suffisamment des contraintes de la technique pour porter attention à ce qui est proprement humain : le jeu relationnel.

(…)

J’ai choisi le terme de « musicothérapie active », les nécessités administratives du travail obligeaient à adopter les classifications en cours. Le terme « musicothérapie » formé sur deux racines grecques n’existait pas comme tel en Grèce ancienne. Il s’agit d’un néologisme formulé, au siècle dernier, par quelques soignants. Comme nous ne travaillons pas à partir de la simple écoute d’enregistrements, j’ai opté pour ce qui désigne la spécificité de notre travail : la « musicothérapie active » qui a pour but de redonner au patient une position de sujet parlant.
Les références principales de ce travail sont : les recherches de Carl Orff, celles de Marcel Jousse et celles de la psychanalyse.

Willy BAKEROOT, extraits du préambule de l’ouvrage “Musicothérapie active” (Dunod, 2021)

 

Ce livre, disponible à partir du 17 mars 2021, peut être commandé :

 

Pour en savoir plus sur la musicothérapie active :

(Français) Atelier conversation avec Muriel Roland le 6 mars 2021

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês e Espanhol Europeu. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma por omissão para este site. Pode clicar numa das ligações para mudar o site para outro idioma disponível.

Qu’est-ce que la répétition (théâtrale) apporte à la connaissance du geste ?

A partir d’un geste quotidien, dans lequel nous remonterons, et que donc nous démonterons pour le re-monter, nous essaierons d’opérer un retour analytico-pratique, sur « ce qui fait geste ». L’acteur n’opère pas autrement quand il « répète », du latin « re-peto », je « re-questionne», je « re-demande ». Requestionner le geste pour entre-voir et ressentir de quelles eaux il est fait. Et lui redemander quoi, au fait ? Bien sûr, la question est immense, et ne pourra être traitée que très partiellement.

En pratique

Chaque participant à l’atelier aura choisi en amont un geste du quotidien de son choix. L’important pour cette expérience est que ce geste fasse déjà partie de vos habitudes, un geste que vous faites sans y penser.

A titre d’exemple : se verser ou boire un verre d’eau, ou un café, croquer dans un fruit, ôter-mettre-plier-déplier un vêtement, écrire une lettre, décrocher un téléphone, entendre un bruit etc. Le format visioconférence nous empêche juste des gestes trop amples, puisqu’ils devront être réalisables en quelque sorte en « plan américain ».

Chaque participant aura à sa disposition les quelques objets dont il aura besoin pour réaliser ce geste.

Chacun peut aussi apporter une phrase (poétique, quotidienne, philosophique) pour accompagner son geste (sans que cette phrase soit nécessairement en rapport avec ce geste).

 

Muriel Roland

Muriel Roland est artiste de théâtre et doctorante. Sa formation théâtrale a commencé par le mime. Sa thèse en cours de rédaction a pour titre : « Le geste actoral antagoniste : Faire-voir-entendre le Devenir-corps de la psyché et le Devenir-psyché du corps », sous la direction de Katia Légeret (Université Paris 8 /Vincennes-Saint Denis).

Pour en savoir plus sur son travail, voir le site de SourouS Cie

 

Modalités

Cet atelier aura lieu samedi 6 mars 2021 de 14h30 à 16h30, en vidéo-conférence.

Il est possible d’y participer avec un ordinateur (ou une tablette) muni d’une caméra (webcam) et connecté à internet.

Cet atelier est proposé par l’Association Marcel Jousse, comme une illustration de la fécondité du croisement entre l’anthropologie du geste et les arts du théâtre. Il ne nécessite pas d’expérience préalable du jeu théâtral et propose avant tout, comme le suggérait Jousse, “un laboratoire de prise de conscience anthropologique”, qui s’ouvre ici à la matière de notre quotidien.

Il est gratuit et ouvert à tous. Vous pouvez soutenir l’Association Marcel Jousse en adhérant et/ou en faisant un don.

Pour vous inscrire, merci d’écrire par le biais du formulaire de contact. Vous recevrez quelques jours avant les informations pour vous connecter.

(Français) Au programme des rencontres 2020 de l’Association Marcel Jousse

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma alternativo. Pode clicar na ligação para alterar o idioma activo.

Soyons présents même si nous sommes loin !

Cette année, les circonstances exceptionnelles ne permettant pas l’organisation des rencontres habituelles à Paris, nous avons décidé d’expérimenter un déroulement adapté en vidéo-conférence.

Nous espérons que vous serez nombreux à vous joindre à nous, grâce à l’internet, où que vous habitiez en France ou dans le monde. Ces rencontres sont gratuites et ouvertes à toutes les personnes curieuses de connaître l’anthropologie initiée par le Professeur Marcel Jousse… elle reste encore peu connue et est pourtant d’une étonnante actualité.

La puissance des télécommunications ne produit toutefois pas la même chose que d’être corporellement présents dans la même pièce. C’est pourquoi nous demanderons particulièrement aux intervenants et intervenantes de veiller à la connexion avec nous en s’exprimant de la façon la plus compréhensible et vivante possible.

Pour ménager notre attention, les temps d’intervention sont délibérément courts et vous permettront de poser des questions. Des supports écrits pourront aussi être partagés par celles et ceux qui voudraient en dire davantage… Et puisqu’il n’y a pas de contraintes de déplacement, pourquoi ne pas organiser d’autres séances d’ici la fin du mois de novembre pour approfondir l’un des sujets avec les personnes intéressées ?

Notre abonnement sur Zoom permet de réunir jusqu’à 100 participants en simultané. Le fait d’avoir une caméra et un micro installés sur votre ordinateur n’est pas nécessaire pour assister aux présentations, mais c’est préférable si vous souhaitez vous joindre aux temps d’échanges en groupes proposés à la suite. Comme indiqué plus bas, vous pouvez même suivre les présentations avec un simple téléphone.

Si jamais nous atteignions la limite de 100 participants et que vous ne puissiez pas vous connecter à Zoom, j’indiquerai sur cette page comment voir malgré tout les présentations.

Il sera aussi possible de suivre les temps de présentation en différé jusqu’à la fin de mois de novembre, si vous êtes indisponible pour participer en direct. Toutefois, ces vidéos n’ont pas vocation à être publiées de façon pérenne.

Suite à l’appel à contribution, nous avons le plaisir de vous présenter le programme prévisionnel de nos rencontres.

Thomas Marshall  (organisateur des rencontres, membre du Bureau de l’Association Marcel Jousse)

 

Voici le déroulement effectif de ces rencontres qui ont réuni samedi et dimanche environ 35 participants, et que vous pouvez suivre en différé.

Si vous souhaitez être informé d’éventuelles suites à ces échanges dans les jours qui viennent, merci de vous inscrire à la lettre d’informations. Vous pouvez aussi nous écrire pour demander à rejoindre le réseau social “Réseau Marcel Jousse” sur la plateforme Whaller afin de partager avec d’autres passionnés de la pensée de Jousse et de ses prolongements contemporains.

Samedi 14 novembre de 14h30 à 17h :
Comprendre et diffuser la pensée de Jousse

Le programme

14h15 – Ouverture de la salle sur Zoom. Proposition de découvrir des histoires du pays de Jousse trouvées ici.

14h30 – Accueil par Thomas Marshall : présentation du déroulement, des possibilités d’interaction via Zoom

14h45 – Edgard Sienaert (15 min de présentation + 10 min de questions)

Comment et pourquoi j’ai intitulé mon livre en anglais sur Jousse : In search of coherence – “En quête de cohérence” ou “A la recherche d’une cohérence”

Edgard Sienaert est chercheur associé honoraire de l’Université du Free State à Bloemfontein en Afrique du Sud. Il est le traducteur en anglais de l’œuvre de Jousse. Il est président de l’Association Marcel Jousse depuis 2015. En savoir plus

15h10 – Titus Jacquignon (15 min de présentation + 10 min de questions)

“Le récit, le geste et le rythme” : un vade-mecum pour explorer la pensée de Jousse

Je présenterai le plan d’ensemble de ma thèse sur l’anthropologie de Jousse. J’ai travaillé à partir du corpus des transcriptions de cours de Jousse, là où sa pensée se donne de façon vivante. J’en ai effectué une synthèse afin de la rendre plus facile d’accès. Je vois dans l’anthropologie de l’expression humaine proposée par Jousse les ressources pour une approche des mondes non-modernes qui échappe à l’ethnocentrisme et à la colonisation culturelle.

Titus Jacquignon est dans l’attente de la soutenance de sa thèse de doctorat en sciences du langage à l’Université Bordeaux Montaigne, sous la direction de Jean Rémi Lapaire. Il est membre du Bureau de l’Association Marcel Jousse depuis 2015.

15h35 – Gabriel Bourdin (15 min de présentation + 10 min de questions)

A propos de mon travail pour faire connaître l’anthropologie de Jousse en Amérique Latine

Je vous parlerai de mon livre “La Jungla Antropológica”, et de la traduction en espagnol du livre qui a fait connaître Jousse en 1925 : “Le style oral”.

Originaire d’Argentine, Gabriel Bourdin est professeur d’anthropologie à l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM).

16h – Pause

16h10 – Clara-Elisabeth Vasseur (15 min de présentation + 10 min de questions)

L’aventure d’une thèse – Un travail d’équipe et non une traversée en solitaire

Entre la mise en place du projet de cotutelle en 2016, le moment critique de la soutenance il y a un an et l’achèvement avec la publication l’an prochain du livre chez Beauchesne, ce projet m’a conduit à des rencontres et à la découverte de documents historiques, qui seront publiés pour la première fois. Je présenterai mon plan général – tripartite – et comment se fait le passage entre “Marcel Jousse, philosophe, Dialogue avec Bergson.” (la thèse) et “Marcel Jousse, lecteur de Bergson” (le livre).

Clara-Elisabeth Vasseur a obtenu en 2020 un doctorat en philosophie pour sa thèse menée sous la direction d’Emmanuel Falque (Institut Catholique de Paris) et de Walter Schweidler, KU Eichstätt-Ingolstadt.

16h35 – Muriel Roland (15 min de présentation + 10 min de questions)

Le geste ou la fabrique du corps humain

Le corps humain produit-il des gestes ou est-il produit par des gestes? Au carrefour entre le corps matériel et les gestes culturels de la verticalisation, de la bipédie, etc., le Devenir-corps-psyché humain fait apparaître le geste comme instance majeure et nécessaire de l’humanisation.

Muriel Roland est artiste de théâtre, doctorante. Sa thèse en cours de rédaction a pour titre : « Le geste actoral antagoniste : Faire-voir-entendre le Devenir-corps de la psyché et le Devenir-psyché du corps », sous la direction de Katia Légeret.

17h – Clôture

17h05 – Fin de la séance

17h15 à 17h45 – Le Off : Après une petite pause, possibilité d’échanges informels en plusieurs groupes avec un ou plusieurs intervenants de l’après-midi.

 

Dimanche 15 novembre de 10h à 13h

Assemblée Générale

10h – Rapport moral et rapport financier : lecture et questions. Le vote, pour les membres à jour de leur cotisation, est par correspondance (mèl ou courrier).
Informations et questions diverses.

Recherches anthropologiques sur Jésus, la Bible et les Évangiles

10h40 – Francisco Garcia (15 min de présentation + 15 min de discussion)

Autour du plan de recherche pour ma thèse de doctorat : “La dimension trinitaire du geste humain dans l’Anthropologie de Marcel Jousse”

Francisco Garcia est curé d’un village appelé Abrera, en Espagne. Il prépare actuellement un doctorat en Théologie Spirituelle à l’Université Pontificale de Comillas à Madrid.

11h10 – Pierre Perrier (30 min de présentation + 20 min de discussion)

Annonce de la publication imminente du livre “Les Braises de la Révélation”

Cet ouvrage est le produit de cinq ans de travaux de Pierre Perrier et Bernard Scherrer pour retrouver le texte source en araméen oral, antérieur à la traduction et mise par écrit en grec des évangiles de Pierre (Marc) et Jean. C’est un livre avec une traduction en français mémorisable, pour permettre une tradition de style global-oral dans le cadre des groupes de mémorisation de « l’Évangile au cœur ». Mais ce sera aussi un des textes de base qui seront examinés dans le colloque du Vatican en 2021 sur la révision de l’histoire des premiers siècles chrétiens.

12h00 – Guylain Prince (30 min de présentation + 15 min de discussion)

Inviter Marcel Jousse au conclave de John P. Meier : La contribution d’une approche ethno-culturelle dans la quête du Jésus historique

Guylain Prince est franciscain, prêtre et bibliste. Il a été membre du conseil d’administration de l’Association canadienne du récitatif biblique pendant près de 30 ans. Il a traduit et commenté les textes, ainsi que composé des mélodies de récitatifs. Depuis septembre 2017, il poursuit sa recherche sur la contribution de Marcel Jousse à la recherche historique sur Jésus.

12h45 – Clôture de la séance

13h – Fin des rencontres

(Français) Rencontres à distance les 14 et 15 novembre : appel à contribution

Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma alternativo. Pode clicar na ligação para alterar o idioma activo.

La crise sanitaire ne nous permet pas de nous réunir à Paris comme chaque année, en novembre.
Le Bureau de l’Association Marcel Jousse a donc décidé de proposer un temps de présentations et échanges, ainsi que l’Assemblée Générale, par visioconférence.

La séance consacrée aux interventions aura lieu le samedi 14 novembre après-midi, en principe de 14h30 à 17h.

L’assemblée générale annuelle se tiendra : le dimanche 15 novembre à 10h. Et nous continuerons nos échanges jusqu’à 13h, en fonction des propositions et demandes.

Vous pouvez encore soutenir l’association par votre cotisation pour l’année 2020.

Les modalités de vidéo-conférence

L’Association Marcel Jousse a pris un abonnement à Zoom pour disposer d’un service de vidéo-conférence de qualité (par internet). Il sera possible d’accueillir jusqu’à 100 participants simultanément. Comme dans une grande salle, seuls l’orateur ou l’oratrice pourront s’exprimer, sauf si nous “donnons le micro” à un participant qui souhaite intervenir. En parallèle, un canal de partage par des messages textuels pourra être utilisé pour poser des questions. Enfin, s’il y a un besoin d’interactivité plus important, il sera possible de partager l’assemblée en plus petits groupes pour une durée déterminée.

Nous avons le souci que ce dispositif technique ne soit pas excluant. Il sera donc possible de s’y connecter soit par le biais d’un ordinateur, soit à défaut par le biais d’une ligne téléphonique (fixe ou portable). Nous vous donnerons des instructions précises pour faciliter votre connexion.

Le programme limite volontairement la durée des activités sur chaque journée afin de ménager nos capacités de concentration et la fatigue visuelle. Si nous avions trop d’interventions prévues par rapport au temps imparti, nous pourrons envisager d’ajouter des créneaux sur d’autres journées de novembre.

Pour palier à la moindre convivialité de la vidéo-conférence, pourquoi ne pas vous réunir à cette occasion avec quelques personnes de votre région qui s’intéressent à la pensée de Jousse ? L’écran de l’ordinateur dans le salon et hop, vous pouvez regarder ensemble des présentations et en discuter ensuite.

Appel à contributions

Chaque année, les rencontres de l’Association sont l’occasion de partager et de croiser une diversité de recherches théoriques et/ou appliquées en lien avec l’anthropologie du geste de Jousse. Il y a parfois une séance avec plusieurs conférences autour d’un thème. Nous n’en avons pas pour l’instant, donc nous sommes ouverts à toute proposition.

Nous serions particulièrement heureux d’accueillir des interventions de personnes qui n’ont pas habituellement la possibilité de se déplacer pour un week-end à Paris, qu’elles vivent en France ou partout ailleurs.

Il sera possible, pour les intervenants qui l’acceptent, que nous fassions un enregistrement vidéo de leur présentation : soit à conserver de façon interne à l’association, soit pour une diffusion sur la chaîne You Tube de l’association, de façon à donner une audience plus grande et pérenne à des présentations susceptibles d’intéresser un public plus large.

D’ailleurs, l’Association pourrait produire davantage de vidéos : nous avons pour cela besoin de bénévole(s) ayant un ordinateur assez puissant et le savoir-faire pour réaliser des montages simples. Contactez-nous !

Pour votre contribution, merci de nous écrire de préférence d’ici fin octobre en précisant :
– un titre et un court résumé pour votre intervention,
– la durée dont vous souhaitez disposer (10, 20, 30, 40 minutes).

Un temps de coordination préalable avec les membres du bureau et de test technique aura lieu afin que tout se passe de la manière la plus fluide possible le jour J.

Page 1 of 4

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén