Un patrimoine culturel immatériel  à préserver
Afrique, Amérique Latine, Caraïbes, Inde, Chine, Europe…

L’Association Marcel Jousse est l’un des partenaires de ce projet de recherches et de création. En effet, pour Edgard Sienaert, la « transformation » est un thème central de l’anthropologie dynamique développée par Jousse. Et les traditions de « style global – oral » encore vivantes dans le monde peuvent être une importante source d’inspiration pour nous autres Occidentaux de « style écrit », culturellement dissociés entre ‘corps’ et ‘esprit’.

Résumé du projet

Ce projet s’intéresse aux arts vivants de la « transformation » selon l’expression employée par Dariusz Kociński, le théoricien de l’actuel Institut Grotowski de Wroclaw (Pologne), pour désigner un processus artistique visant moins l’effet produit sur le spectateur que la « transformation » de l’artiste durant son action.
Ce projet interroge par des enquêtes de terrain de plusieurs mois, voir de plusieurs années, selon la méthode de l’observateur participant, les traditions des arts vivants de la ‘Transformation’ du vaudou (Haïti et Bénin), des chants védiques (Inde) et de certains arts vivants chrétiens (Europe, Éthiopie).

Il est une continuation du programme ‘Sources et transformation‘ de l’Académie des Arts sacrés Andreï Tarkovski (parrainé par le fils du réalisateur russe), fondée et dirigée en 2014 puis 2015 par Fabrice Nicot à l’abbaye de Pontigny, ayant regroupé plusieurs centaines d’artistes et de chercheurs.

Il questionne les traditions, en tant que processus de transmission à travers des ateliers créatifs menés avec et par les communautés dans l’optique de créer des programmes endogènes de préservation, transmission et réactualisation des patrimoines intangibles des arts vivants de la ‘transformation’.

Il s’agit d’un projet collectif, fondé sur un réseau d’artistes et de chercheurs internationaux des arts de la transformation (Haïti, Amérique Latine, Inde, Afrique, Europe, etc.) qui a déjà fidélisé plusieurs institutions et mécènes (fondations, SCAC des ambassades de France, Instituts Français, Alliances françaises, UNESCO, Universités, sponsors et mécènes divers…)

Calendrier global

La première année de ce projet (2018-2019) est consacrée aux arts vivants de la ‘transformation’ du vaudou Haïtien.

Ces arts suscitent depuis longtemps l’intérêt des metteurs en scène et pédagogues de théâtre, en premier lieu Grotowski et ses héritiers. Cette tradition reste cependant très décriée dans son propre pays et n’intéresse souvent les artistes haïtiens qu’à travers des formes spectaculaires facilement commercialisables (folklore, concerts, pastiches de ‘rituels’ pour touristes). Souvent utilisé et détourné de son sens, la tradition des arts vivants du vaudou dépérit progressivement et les communautés peinent à faire entendre leurs voix.

L’année 2019-2020 sera consacrée à un élargissement de la recherche sur les arts vivants de la ‘transformation’ notamment à travers les chants védiques, l’Énergétique de tradition chinoise appliquée à la formation de l’acteur, ainsi qu’à un programme de revivification des arts de la ‘transformation’ en Europe (chants grégoriens, théâtre…).

L’équipe scientifique

Fabrice Nicot (France) : Responsable du projet. Doctorant et chargé de cours à l’université de Paris 8 (recherche théâtrale) et à l’Université d’État d’Haïti (anthropologie). Chercheur, enseignant, metteur en scène, comédien, critique d’art et producteur d’événements culturels.

Muriel Roland : Co responsable du projet. Doctorante en étude théâtrale et  chargée de cours à l’Université Paris 8, diplômée de l’École internationale de Mimodrame Marcel Marceau de Paris.

Georges Banu : Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, il est l’auteur de nombreux essais fondamentaux sur le théâtre.

Leszek Kolankiewicz : Professeur au Département de théâtre et de spectacles de l’Institut de culture polonaise de l’ Université de Varsovie

Jérôme Alexandre : Docteur en Lettres classiques (Paris X, sous la direction d’Yves-Marie Duval) et docteur en théologie de l’Institut catholique de Paris.

Thibault Honoré : Maître de conférences en Arts Plastiques (Université de Bretagne Occidentale)

Jean-François Favreau : Avec l’Institut Grotowski, il mène des études sur le chant de tradition orale, notamment en Corse, Sardaigne, Sicile, Arménie, Ukraine… et dirige un ensemble de dramaturgie-sonore à partir des chants des îles méditerranéennes, In medias res.

Sergeï Kovalevich (Russie) : Fondateur et directeur artistique du Théâtre Observatoire International. Chercheur en anthropologie théâtrale et réalisateur de documentaires anthropologiques.

Lina do Carmo : Chorégraphe, danseuse-mime, chercheuse. Docteure en Arts de scènes de l’Université de Bourgogne Franche-Comté.

Mercedes Chanquia Aguirre : Pianiste diplômée du Conservatoire National de Musique de Buenos Aires, danseuse, chorégraphe, comédienne et metteuse en scène.

Miléna Kartowski-Aïach : Chanteuse, auteure et metteure en scène. Elle a fondé la compagnie les Haïm, qui développe depuis plusieurs années des créations de théâtre anthropologique. Doctorante en anthropologie à l’université d’Aix-Marseille.

Print Friendly, PDF & Email