chercheur, anthropologue, pédagogue

Autore: Administrateur du site Pagina 1 di 9

(Français) Une nouvelle histoire des origines du christianisme présentée au Vatican

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua alternativa. Puoi cliccare sul link per cambiare la lingua attiva.

Pierre Perrier fait un retour, lors de la Rencontre 2021 de l’Association Marcel Jousse, suite à sa participation à un colloque exceptionnel du Comité Pontifical de Sciences Historiques, du 27 au 29 octobre.

L’enjeu du colloque était de présenter l’état des recherches et de discuter d’une possible remise en question de la vision historique établie depuis la fin du 19ème siècle, basée sur l’étude critique des textes en grecs des Évangiles.

Il en ressort des preuves probantes d’une vaste diffusion, par les apôtres, de l’enseignement de Jésus en araméen. Cette diffusion a été permise par des structures orales traditionnelles de composition et de mémorisation, issues de la culture mésopotamienne ; et aussi par le rôle majeur joué par la diaspora hébraïque dans des échanges commerciaux structurés à travers toute l’Eurasie, de Rome et de l’Espagne à la Chine.

« Enquête sur l’histoire des premiers siècles de l’Église »

Au vu de l’importance de cet événement, nous sommes heureux de partager publiquement la vidéo de cette conférence introductive.

 

Une bibliographie des recherches de Pierre Perrier sur les Évangiles

 

Un résumé de Pierre Perrier sur son intervention

L’enjeu du colloque était d’échanger sur la nécessité ou non d’une remise à jour de la manière dont on raconte l’histoire des débuts de l’Église. Avec 28 contributeurs, de l’Espagne à la Chine, cela couvrait non seulement ce qui eut lieu en Palestine et à Rome, mais plus largement toutes les missions des apôtres et de leurs premiers successeurs.
L’organisateur du Colloque ouvrait ainsi la place à des explications joussiennes sur la composante hébraïque et orale des prédications et de la constitution de l’Église. Les divergences d’interprétation sont fondées sur des positions méthodologiques :

  • soit du côté de l’exégèse et de recherches historiques travaillant à partir de documents écrits,
  • soit du côté des recherches intégrant les découvertes de Jousse sur le Style oral,
  • soit entre ces 2 positions, des approches comprenant l’anthropologie, l’archéologie et la culture.

Nous avons pu faire passer une vision eurasiatique d’échanges intensifs au premiers siècles portant la Bonne Nouvelle par la diaspora hébraïque et un peu de Jousse. On présentera donc cette place de Jousse, directe ou sous jacente dans ce colloque, et le point sur nos travaux bien accueillis mais aussi refusés en Occident seulement par plusieurs, et on essayera de comprendre pourquoi.

Le contenu de cette présentation est développé dans un ouvrage récemment publié :

Retour à la source, éditions du Jubilé

Sommaire de la vidéo :

– Le colloque au Vatican, la participation de Pierre Perrier en lien avec des recherches collectives qui prolongent celles de Jousse sur le style oral araméen.

– (8’10) : commentaires sur les thèmes abordés par les 28 intervenants. Élargissement du périmètre géographique concerné en dehors de l’Empire Romain, en lien avec un réseau commercial hébreu de l’Espagne à la Chine.

– (12’10) Des éléments (re)découverts entrent en contradiction de la version établie. Le rôle majeur de la diaspora hébraïque à Rome et en dehors. Chronologie du voyage de l’apôtre Thomas jusqu’en Inde et en Chine.

– (25’53) L’enjeu : démontrer que les textes des Évangiles portent la marque de structures de composition orales existant au Moyen Orient ; face au consensus occidental d’une composition initiale par écrit et en grec. Le damier mésopotamien comme structure traditionnelle des textes de sagesse oraux.

– (28’50) Source et explication de la localisation des témoignages matériels de l’évangélisation du 1er siècle. L’exemple de la fondation d’une Église en Chine.

– (32’55) Analyse et informations tirées d’un texte de 105 verset issu des Actes de Thomas, le Madrasha de la Rivière de Perles. Des exemples de damiers dans d’autres textes chrétiens du 1er siècle.

– (39’10) Quelle contribution joussienne aux suites du colloque ? La structure en damier donne une cohérence globale aux colliers mnémotechniques mis en évidence par Jousse.

– (42’40) Question sur l’Empire Parthe.

– (44’38) Question sur l’usage des damiers dans l’Orient antique.

– (47’38) Question sur la position de Daniel Marguerat.

– (49’45) Réponse à la réaction de Gabriel Bourdin sur la découverte de la composition en damier.

– (53’00) Question sur le Madrasha / Midrash.

– (54’43) Conversation de Pierre Perrier avec Edgard Sienaert et Clara-Elisabeth Vasseur : pourquoi est-ce si difficile à faire entendre ?

– (1h06) Pour aller plus loin : « Retour à la source » de Pierre Perrier, publié en décembre 2021 aux éditions du Jubilé.

(Français) Au programme de la rencontre du dimanche 21 novembre 2021

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua alternativa. Puoi cliccare sul link per cambiare la lingua attiva.

A la suite du séminaire proposé samedi, les rencontres annuelles de l’Association Marcel Jousse se poursuivent en vidéo-conférence dimanche après-midi.

A 14h30 :  Assemblée Générale

A l’ordre du jour, pour les membres :  présentation et réponse aux questions sur le rapport moral et le rapport financier ; présentation des personnes candidates pour le renouvellement du Bureau de l’association jusqu’en 2024. Les votes auront lieu via un formulaire électronique.

Intermède : un texte de Marcel Jousse lu par Céline Perrot.

Jusqu’à 16h :  Partage des actualités et projets des membres contribuant à la diffusion de la pensée de Jousse dans le monde, en particulier hispanophone.

Les bas-reliefs de Kong Wang Shan en Chine

De 16h à 17h15 : Pierre Perrier (Académie des Sciences)

Présentation suite à un colloque du Comité Pontifical de Sciences Historiques, au Vatican (27-29/10/2021) :

« Enquête sur l’histoire des premiers siècles de l’Église »

Voir le résumé  et la vidéo de cette intervention

 

De 17h15 à 17h30 : conclusion des rencontres

 

* * * * * *

 

Sur le même thème que la présentation de Pierre Perrier, pour nos amis hispanophones, nous partageons cette information :

Lundi 29 novembre 2021, à 19 h 40 (heure de Paris) une conférence aura lieu sous le titre :

« L’Anthropologie du Geste de Marcel Jousse : nouvelles recherches sur l’oralité »

à l’Université Ecclésiastique San Dámaso (Madrid) et virtuellement via la chaîne YouTube de ladite université.  

Il s’agit de la 4ème journée du Cycle de Conférences intitulé : « La pédagogie de l’Église des Apôtres »

L’exposé sera proposé par le Dr. M. Francisco José López Sáez (Université Pontificale Comillas / Université Ecclésiastique San Dámaso) et M. Francisco García Baca (Université Pontificale Comillas) qui offriront une introduction biographique de Marcel Jousse et une initiation à son Anthropologie du Geste, suivies d’une présentation des nouvelles recherches sur l’oralité.

Télécharger la présentation

(Français) Séminaire en ligne samedi 20 novembre 2021

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua alternativa. Puoi cliccare sul link per cambiare la lingua attiva.

Du fait des restrictions sanitaires, nous allons cette année à nouveau, proposer la rencontre annuelle en visioconférence, samedi 20 et dimanche 21 novembre.

Le samedi après-midi sera consacré à un séminaire permettant de lancer une réflexion collective sur le thème :

Violences & sociétés au 21ème siècle :
Approches croisées à partir de Marcel Jousse, de René Girard, et de recherches contemporaines.

14h30 – 17h30 via Zoom

1. Lien de connexion Zoom via votre navigateur.

2. Via le logiciel Zoom : ID de réunion : 931 3267 0476  /  Code secret : 20-11-21

3. Une seule touche sur tel mobile : +33186995831,,93132670476#,,,,*32866075# (France)

4. Composez un numéro en fonction de votre emplacement (limite les possibilités de participation)

+33 1 7095 0350 France
+27 87 550 3946 Afrique du Sud
+1 646 558 8656 États-Unis (New York)
+1 778 907 2071 Canada
+52 558 659 6001 Mexique

ID de réunion : 931 3267 0476

Code secret : 32866075

Trouvez votre numéro local

La colonisation gestuelle : lecture d’un extrait de cours de Marcel Jousse par Muriel Roland (5 min)

Qu’est-ce que la colonisation pour Jousse ? Il le précise le 29 avril 1946 dans son cours introductif sur ce thème qu’il développe à l’École d’Anthropologie :

“Autrefois, quand nous nous trouvions en face de l’ennemi, s’échangeait le dialogue muet et terrible : « Tue-moi ou je te tues ». J’allais presque dire avec la même loi, mais avec un petit peu plus de précaution, nous avons ce qu’on peut appeler la diplomatie. Nous nous regardons de peuple à peuple : « Colonise-moi ou je te colonise ».

C’est qu’en effet, nous prenons, nous, ce mot dans son sens gestuel. Qu’est-ce que c’est que le colon ? C’est celui qui cultive, c’est celui qui met précisément en réserve ce qui est cultivé pour procurer à manger. C’est là toutes les grandes lois que vous appelez économiques, commerciales. Vous déguisez vos gestes avec des mots qui savent mentir. Je vous ai dit que c’est une ironie d’avoir un professeur d’Anthropologie du Langage qui ne croit pas au langage. Parler, bien parler, c’est savoir mentir !”

Introduction du séminaire :

« L’un des élèves les plus remarquables de Mlle Baron lui disait l’autre jour : ‘Ce qui est frappant chez le P. Jousse, c’est qu’il fait repenser toute chose.’ C’est cela. Il faut reposer tous les problèmes, non pas en fonction de Jousse qui n’est rien dans l’espèce, mais en fonction du Mimisme découvert par Jousse. »

Pour Marcel Jousse (1886-1961), dans tout phénomène humain, le mimisme est constamment à l’œuvre. Ce terme signifie simplement que « L’anthropos mime l’univers » – qu’il le veuille ou non. C’est pourquoi Jousse considère qu’un manque de compréhension de ce mécanisme anthropologique de base ne peut conduire qu’à des méthodes scientifiques erronées, génératrices de pseudo-problèmes apparemment insolubles.

La face lumineuse du mimisme est la capacité qu’il donne à notre espèce de connaître, de s’adapter, d’inventer, de conserver et de transmettre ses connaissances, et par conséquent de développer une incroyable diversité de cultures et de sociétés, avec leurs langues, leurs manières de vivre, leurs croyances et leurs techniques…
Par rapport à elle-même et par rapport au monde qui l’entoure, cette puissance créatrice de notre espèce implique une redoutable responsabilité collective, dans la mesure où elle peut avoir des conséquences destructrices, à des échelles dans le temps et dans l’espace qui dépassent radicalement celles de notre perception individuelle. Le 20ème siècle en a apporté maints témoignages tragiques. La catastrophe écologique mondiale qui ne peut plus être niée en ce début de 21ème siècle se conjugue avec les menaces pré-existantes de violences inter-humaines, que ce soit le fait d’individus isolés, de groupes terroristes, d’États autoritaires, de pouvoirs économiques et financiers transnationaux, de guerres civiles ou de conflits entre États rivaux…

Lire la suite de la présentation du thème

Les interventions

Gabriel Bourdin – professeur d’anthropologie à l’UNAM (Mexique) :
La tournure rituelle. Violence, mimisme et désenchantement du monde dans les sociétés du XXIe siècle.”

Résumé de la communication

Muriel Roland – artiste de théâtre, chercheuse, doctorante :
René Girard et Marcel Jousse : une complémentarité permettant de mieux comprendre la violence ?”

Pour René Girard, le désir mimétique est à l’origine de la violence humaine. C’est pour réguler cette violence que les communautés ont de tous temps et en tous lieux pratiqué sacrifices et rituels, ceci conduisant à la naissance du sacré, et par conséquent, de la culture. Pour Marcel Jousse, c’est le mimisme qui permet la transmission gestuelle, laquelle humanise littéralement et pacifie les individus comme les communautés. Ces deux versants de la mimésis et leur nécessaire articulation sont au centre du message des évangiles et ce n’est pas un hasard si les deux hommes ont fait du texte biblique leur terrain de prédilection.

Titus Jacquignon – doctorant :
La vie est un combat : le thème de la violence dans les cours de Marcel Jousse”

La violence, mais plus largement la lutte et le combat, sont omniprésents dans les cours de Marcel Jousse. Pour mieux s’en rendre compte, il suffit d’y rechercher les thèmes opposés : la douceur ou la paix – elles n’y apparaissent que furtivement. Même la confraternisation dont il parle n’est pas la paix, mais plutôt une après-guerre – peut-être une entre-deux-guerres.
Deux aspects principaux du thème se détachent clairement. Le titre de mon intervention a en fait une double signification :
• La violence de Marcel Jousse dans ses cours, stylistiquement et intellectuellement, à des fins pédagogiques.
• La violence, la lutte, le combat, dans le monde anthropologique et social (et dans le monde animal).
Ce sera mon plan de route.

Thomas Marshall – docteur en sciences de la communication :
“Comment cesser notre autodestruction ? Vers une culture de la transformation des traumatismes.”

Les violences exercées de façon intentionnelle ou non par les êtres humains envers leurs congénères et sur les systèmes écologiques ont pris une ampleur telle que leurs effets dans l’espace et le temps échappent radicalement à nos capacités de perception. Notre incapacité collective à tirer des conséquences pratiques des alertes présentées par les scientifiques donne l’impression que les sociétés technologiquement avancées du monde entier sont engagées dans une dynamique d’auto-destruction impactant l’ensemble de la vie sur Terre. Cette situation suscite chez un grand nombre de nos contemporains, les jeunes en particulier, une grande anxiété.
Jousse a nourri son anthropologie du mimisme notamment des observations des cliniciens de la « santé mentale », à la suite des recherches de son maître Pierre Janet. Il a formulé des diagnostics sur les maladies de civilisation dont nous étions selon lui victimes, en s’inspirant de la terminologie médicale. Cette démarche d’investigation psycho-physiologique des maux contemporains de notre espèce mérite d’être réactualisée à la lumière des découvertes de ces dernières décennies sur le système nerveux, et en particulier sur les mécanismes de survie impliqués dans l’apparition, dans la reproduction et dans la possible transformation des traumatismes individuels et collectifs.

Déroulement

Le séminaire sera animé par Thomas Marshall.
Chaque intervenant disposera d’un temps maximum de 30 minutes pour son intervention, suivie de 10 minutes de questions et échanges avec l’auditoire.

 

Revenez sur cette page début novembre pour en savoir plus !

(Français) Marcel Jousse et l’anthropologie du geste / Revista Pelicano

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese, Inglese Americano e Spagnolo Europeo. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua principale di questo sito. Puoi cliccare su uno dei links per cambiare la lingua del sito in un’altra lingua disponibile.

Marcel Jousse y la antropologia del gesto : Un article en espagnol de Gabriel Luis Bourdin, Universidad Nacional Autónoma de México, publié dans la revue Pelicano en août 2016.
Nous avons réalisé une traduction en français de cette présentation, rédigée afin de donner à voir aux chercheurs et étudiants en sciences humaines l’importance de l’œuvre de Jousse.

Résumé :

L’œuvre de Marcel Jousse, jésuite, anthropologue et linguiste français (1886-1961), est l’une des créations les plus transcendantes et les plus singulières de la pensée anthropologique du XXe siècle et, curieusement, l’une des moins connues du lecteur spécialisé en anthropologie et en sciences du langage, sans parler du grand public.
L’objectif de cette présentation est de témoigner de la pertinence pérenne de la nouvelle science du geste et du langage inaugurée par Jousse dans la première moitié du vingtième siècle. L’anthropologie du geste est l’ouvrage qui résume la pensée et les recherches de Jousse. Il a été composé sur la base d’un projet de systématisation de son enseignement scientifique, qui était principalement oral. Plusieurs de ses mémoires, initialement publiés séparément, ont été intégrés à cette synthèse.
Le présent article se réfère à une autre source principale pour l’étude de l’œuvre de Jousse, à savoir les cours oraux, donnés par Jousse entre 1931 et 1957 à la Sorbonne, à l’École d’anthropologie et dans d’autres lieux importants d’enseignement supérieur en France, pris en note par des professionnels de la sténotypie et transcrits ultérieurement par G. Baron.

Mots clés : anthropologie, geste, mimisme

Télécharger l’article traduit en français

Télécharger l’article de la Revista Pelicano

(Français) Marcel Jousse et Manuel Lekuona

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese e Spagnolo Europeo. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua principale di questo sito. Puoi cliccare su uno dei links per cambiare la lingua del sito in un’altra lingua disponibile.

Nous mettons à votre disposition un article en espagnol de Gorka Aulestia publié dans la Revista Internacional de los Estudios Vascos (revue internationale d’études basques) en 1994. Il est intitulé :

Marcel Jousse y Manuel Lekuona : dos pioneros de la literatura oral

(Marcel Jousse et Manuel Lekuona : deux pionniers de la littérature orale).

(Français) Appel à communication sur l’anthropologie du geste

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese, Inglese Americano, Spagnolo Europeo e Portoghese Europeo. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua principale di questo sito. Puoi cliccare su uno dei links per cambiare la lingua del sito in un’altra lingua disponibile.

Gabriel Bourdin, professeur d’anthropologie à l’Université Nationale Autonome du Mexique, invite à répondre à un appel à communication pour la revue Mundaú, éditée par l’Universidade Federal de Alagoas au Brésil.

Il coordonne avec un collègue de cette université le dossier du numéro 11 de la revue qui paraîtra fin 2021, sur le thème de l’anthropologie du geste.

Les articles sont à proposer d’ici le 30 juillet. Ils peuvent être rédigés en espagnol, portugais, français ou anglais.

Voici la présentation du thème :

 

 

Traduction des consignes aux auteurs

Souhaitez-vous envoyer des contributions à la revue ? Nous vous invitons à consulter la section À propos de la revue et à lire les politiques des sections disponibles, ainsi que les lignes directrices pour les auteurs. Les auteurs doivent s’inscrire sur le site internet avant de soumettre un article. Si vous êtes déjà inscrit, il vous suffit d’accéder au système et de lancer le processus de soumission en 5 étapes.

Objectif et portée

Mundaú est une revue électronique semestrielle éditée par le programme d’études supérieures en anthropologie de l’Institut des sciences sociales de l’Université fédérale d’Alagoas. Elle publie des articles en flux continu et sous forme de dossiers thématiques. Son objectif est de contribuer au débat anthropologique, à l’avancement de la recherche et à la diffusion d’articles de spécialistes du domaine, rassemblant des thèmes et des questions de débat contemporain dans la discipline. Revista Mundaú est ouverte à la collaboration des chercheurs des universités et des institutions de recherche nationales et internationales dans le domaine de l’anthropologie, sous forme d’articles, en portugais, espagnol, anglais et français.

Processus d’examen par les pairs

La publication des articles est conditionnée par l’approbation des pairs et, si tel est le cas, par le respect de leurs recommandations. L’originalité du traitement du thème, la cohérence et la rigueur de l’approche, sa contribution aux sciences sociales et la ligne thématique de la revue sont prises en compte. Les noms des examinateurs resteront confidentiels, et les noms des auteurs ne seront pas révélés aux examinateurs.

Politique d’accès libre

Cette revue offre un accès libre et immédiat à son contenu, suivant le principe que la mise à disposition gratuite des connaissances scientifiques au public permet une plus grande démocratisation du savoir à l’échelle mondiale.

Directives pour les auteurs

1. La revue Mundaú accepte de publier des articles inédits en sciences sociales, qui ne sont pas présentés simultanément dans une autre revue. Les comptes rendus d’œuvres ou de thèmes de la région sont également acceptés, lorsqu’ils sont liés au noyau thématique du numéro respectif.

2. La publication des travaux est conditionnée à l’approbation des arbitres et, si tel est le cas, à l’accomplissement de leurs recommandations. L’originalité du traitement du thème, la cohérence et la rigueur de l’approche, sa contribution aux sciences sociales et la ligne thématique de la revue sont prises en compte. Les noms des examinateurs resteront confidentiels, et les noms des auteurs ne seront pas révélés aux examinateurs.

3. Les articles sont publiés en portugais, espagnol, anglais et français. La longueur maximale recommandée est de 40 000 caractères, espaces compris. Les articles sont accompagnés d’un résumé de 150 mots maximum en portugais, français, anglais et espagnol, dans lequel sont synthétisés les objectifs, méthodes et conclusions du travail, et d’une liste de 3 à 5 mots-clés, séparés par des points et dont la première initiale est en majuscules.

4. Les articles sont envoyés de manière anonyme, en texte brut et sans recours à des ressources de formatage sophistiquées, via la page web de la revue. Pour la soumission et le suivi, il est nécessaire de s’inscrire dans la zone d’accès, de fournir des informations concernant votre formation universitaire, l’organisation et le domaine dans lequel vous travaillez, votre adresse postale complète et, si vous le souhaitez, d’indiquer jusqu’à deux publications récentes les plus pertinentes.

5. La revue Mundaú propose deux modes de soumission : pour des dossiers thématiques spécifiques, dans des délais préalablement définis, ou en tant que texte unique. Les textes des dossiers thématiques sont évalués en bloc et la décision est annoncée après la date limite de soumission ; les textes séparés sont évalués en flux continu et leur approbation est conditionnée à la perspective concrète de publication.

6. Les points saillants du texte sont en italique. Les notes de bas de page, lorsqu’elles sont indispensables, sont courtes et substantielles, numérotées de manière séquentielle et sans formatage spécifique.

7. Les graphiques, figures et tableaux sont envoyés dans un fichier séparé, avec identification du programme et de la version ; ils ne peuvent pas dépasser les dimensions de la page du journal (16,5 x 11,5 cm). La numérotation séquentielle et le titre, ainsi que la source des données, sont insérés dans le texte en tant qu’espaces réservés.

8. Les notes de référence sont insérées dans le texte, selon le modèle suivant : (AUTEUR, année, p. xx), (AUTEUR1, année, p. xx ; AUTEUR2, année, xx) ou (AUTEUR ; AUTEUR, ANNÉE). S’il y a plus d’une œuvre du même auteur dans une année, elle est accompagnée d’une lettre séquentielle de l’alphabet. Exemple : (AUTHOR, 1998a ; 1998b).

9. Les références sont présentées à la fin du document, classées par ordre alphabétique et sans numérotation, conformément à la norme NBR 6023.
Exemples :

a) livre : NOM DE FAMILLE, Nom. Titre en gras. Edition. Lieu de publication : Editeur, année.

Par exemple : FERNANDES, Florestan. A revolução burguesa no Brasil : ensaio de uma interpretação sociológica. 3. ed. Rio de Janeiro : Guanabara Publishers, 1987.

b) chapitre : NOM DE FAMILLE, Nom. Titre du chapitre. Dans : SURNAME, N. (org.). Titre du livre en gras. Edition. Lieu de publication : Editeur, année. p. xx-yy.

Par exemple : McCARTHY, Thomas. Le discours pratique : sur la relation entre la morale et la politique. Dans : CALHOUN, C. (Org.). Habermas et la sphère publique. Cambridge : The Mit Press, 1992. p. 51-72.

c) article : NOM DE FAMILLE, Nom. Titre de l’article. Titre du périodique en gras, v. year-or-volume, n. number-or-issue, p. xx-yy, année.

Par exemple : BENHABIB, Seyla. Le déclin de la souveraineté ou l’émergence de normes cosmopolites ? Repenser la citoyenneté en période d’instabilité. Civitas, v. 12, n. 1, p. 20-46, 2012.

d) publications électroniques : suivre le modèle ci-dessus, selon leur genre, plus DOI ou adresse complète et date de lecture.

DIAS, Bruno. Approuvé la résolution sur l’éthique de la recherche en sciences humaines et sociales. Dans : Page de l’Association brésilienne de santé collective. Le 15 avril 2016. Disponible à l’adresse suivante : https://www.abrasco.org.br/site/noticias/formacao-e-educacao/aprovada-a-resolucao-sobre-etica-em-pesquisa-nas-chs/17194/. Consulté le : janvier 2017.

10. Toute la littérature doit être soumise à la vérification du DOI à l’adresse http://www.crossref.org/SimpleTextQuery/.

11. S’il y a plus d’un auteur, les rédacteurs seront informés de la contribution de chacun au texte, de la recherche à la rédaction finale.

12. L’auteur informe, avec son identification, de la source de financement de la recherche et des conflits d’intérêts potentiels.

13. L’envoi spontané d’articles et l’acceptation ultérieure de leur publication impliquent automatiquement la cession des droits de la première publication à la revue Mundaú. Les droits d’auteur restent la propriété de l’auteur. Une éventuelle reproduction postérieure, par quelque moyen que ce soit, ne peut être faite qu’après accord préalable entre la revue et l’auteur et avec la citation de la source.

14. Les concepts émis dans les articles relèvent de la seule responsabilité des auteurs et ne reflètent pas nécessairement l’opinion du comité de rédaction et du comité éditorial.

Conditions de soumission

Dans le cadre du processus de soumission, les auteurs sont tenus de vérifier la conformité de la soumission par rapport à tous les éléments énumérés ci-dessous. Les soumissions qui ne sont pas conformes aux normes seront retournées aux auteurs.

La contribution est originale et inédite, et n’est pas en cours d’examen pour publication par une autre revue ; dans le cas contraire, une justification doit être fournie dans la rubrique “Commentaires au rédacteur”.
Le fichier de soumission est au format Microsoft Word, OpenOffice ou RTF.
Le texte est à interligne simple ; il utilise une police de 12 points ; il emploie l’italique au lieu du soulignement (sauf dans les adresses URL) ; les figures et les tableaux sont insérés dans le texte, et non à la fin du document comme pièces jointes.
Le texte respecte les normes de style et les exigences bibliographiques décrites dans les Guidelines for Authors, sur la page About the Journal, et les informations bibliographiques sont correctes et complètes.
Les instructions disponibles dans Garantir une évaluation aveugle par les pairs ont été suivies (l’identification de l’auteur a été supprimée du texte et des “propriétés du document”).
La soumission est accompagnée d’informations concernant le parcours universitaire, l’organisation et le domaine dans lequel ils travaillent, ainsi que les adresses électronique et postale complètes de l’auteur et de l’auteur, la source de financement de la recherche et les conflits d’intérêts potentiels.

Politique de confidentialité

Les noms et adresses communiqués à la revue seront utilisés exclusivement pour les services fournis par cette publication et ne seront pas mis à disposition à d’autres fins ou à des tiers.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

(Français) Un dossier sur Marcel Jousse publié par la revue Transversalités

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua alternativa. Puoi cliccare sul link per cambiare la lingua attiva.

A l’occasion du dépôt des archives Marcel Jousse (1886-1961) à l’Institut Catholique de Paris, soixante ans après sa mort,  le numéro de la revue Transversalités  d’avril-juin 2021 propose un dossier “Marcel Jousse” dirigé par Camille Riquier, Vice-Recteur à la recherche à l’ICP.

Nous nous réjouissons de cette première publication de l’Institut Catholique de Paris au sujet de l’œuvre de Marcel Jousse , la voie ayant été ouverte par la thèse de doctorat en philosophie de Clara-Elisabeth Vasseur sur Jousse et Bergson. La publication du livre tiré de cette thèse marquante est prévue en 2021.

Merci à tous les auteurs et autrices de ce dossier qui partagent dans les articles leur travail personnel, nous montrant ainsi que la pensée de Jousse peut rester vivante et inspirante à notre époque, dans différents domaines.

Nous vous invitons à partager en commentaires en bas de cet article vos appréciations à propos de l’un ou l’autre de ces articles. Les commentaires hors-sujet ou manquant de respect ne serons pas publiés.

Au sommaire (avec lien vers les résumés)  :

•        Liminaire – Camille Riquier

•        Marcel Jousse : un Kepler de l’ éducation – Rémy Guérinel

•        Penser le réel avec Marcel Jousse et Henri Bergson – Clara-Élisabeth Vasseur

•        Marcel Jousse ou la subversion lumineuse – Bertrand Vergely

•        Conserver, adapter, transformer : Marcel Jousse à l’ épreuve du présent – Jean-Rémi Lapaire

•        Marcel Jousse et la phénoménologie. L’originalité du concept d’ intussusception : en deçà de l’empathie, l’alliance avec la résonance – Natalie Depraz

 

Pour commander un exemplaire papier, il y a deux possibilités.

  • Écrire à la revue : Revue Transversalités – Institut catholique de Paris – Vice-rectorat à la recherche – 21, rue d’Assas – 75270 Paris Cedex 06 ou à l’adresse transversalites [AROBASE] icp.fr
  • ou s’adresser à son libraire qui fera la commande.

Le prix de vente est de 16 euros. Pour les commandes qui arrivent à la revue, l’envoi est fait à réception d’un chèque de 16 euros à l’ordre de “Institut catholique de Paris”.

Le numéro en version numérique peut être acheté directement auprès de Cairn pour 12,90 euros ou chaque article au prix de trois euros.

Una nuova vita per gli archivi Jousse

Il 31 marzo 2021, gli archivi Jousse sono stati ricevuti dalla biblioteca dell’Institut Catholique de Paris. Saranno così conservati e classificati da professionisti, poi resi accessibili ai ricercatori, per una migliore conoscenza della sua vita e del suo lavoro.

Dopo aver messo a disposizione del pubblico tutte le trascrizioni delle sue conferenze, l’Associazione Marcel Jousse ha fatto ancora una volta un grande passo avanti per la posterità dell’opera di Jousse.

Queste 7 scatole di archivi includono documenti sulla vita e le ricerche di Jousse, così come sul lavoro della sua collaboratrice Gabrielle Baron dopo la sua morte, che ha portato alla creazione dell’Associazione Marcel Jousse.

Elisabeth d’Eudeville, segretaria dell’associazione, è stata molto insistente per molti anni nella ricerca di un’istituzione che potesse ricevere questi archivi. Un accordo era stato finalmente raggiunto con l’Institut Catholique de Paris… e il contesto dell’epidemia di COVID aveva nuovamente rinviato questo trasferimento. Quindi questo è tutto!

Vi terremo informati sul lavoro di valorizzazione che sarà effettuato sotto la responsabilità di Guillaume Boyer, curatore delle collezioni antiche e patrimoniali.

Il prossimo evento è la pubblicazione prevista in aprile di un numero speciale su Marcel Jousse della rivista universitaria dell’ICP, Transversalités.

Da continuare!

(Français) Séminaire 2021 du Dr Bourdin, en espagnol : du 5 mars au 28 mai

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese e Spagnolo Europeo. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua principale di questo sito. Puoi cliccare su uno dei links per cambiare la lingua del sito in un’altra lingua disponibile.

(Français) La musicothérapie active, par Willy Bakeroot

Ci spiace, ma questo articolo è disponibile soltanto in Francese. Per ragioni di convenienza del visitatore, il contenuto è mostrato sotto nella lingua alternativa. Puoi cliccare sul link per cambiare la lingua attiva.

Fort d’une longue expérience de praticien et de formateur, Willy Bakeroot présente, dans un ouvrage collectif qui paraît en mars 2021, une démarche thérapeutique pratiquée depuis de nombreuses années : la musicothérapie active.

Il s’inspire notamment des travaux anthropologiques de Marcel Jousse qui nous enseigne le profond ancrage de la parole dans les gestes rythmiques du corps humain. Ces gestes sont reçus par notre corps, depuis notre naissance, à travers toutes les interactions qui se produisent avec les choses, les autres êtres vivants, et spécialement les membres de notre milieu social.

Les sociétés traditionnelles de style oral avaient bien compris que c’est avant tout par la mobilisation du corps qu’on pouvait prendre soin des souffrances des êtres humains et les aider à s’en libérer : sur tous les continents, ces sociétés ont développé, chacune avec leur propre vision du monde et croyances, des pratiques et rituels de guérison intégrant dans une globalité différents types de gestes expressifs : par la voix rythmée et mélodiée, par des instruments sonores, par des mouvements de tout le corps, etc.

Nos sociétés modernes ont séparé et codifié cette globalité expressive dans des arts distincts tels que la musique, le chant, la danse, le théâtre… Une séparation aussi a été établie entre les “artistes” et les “spectateurs”.

Pour retrouver un accès à des formes d’expression plus spontanées et globales, qui avaient quasiment disparu de la culture occidentale, un pédagogue allemand du début du 20ème siècle, Carl Orff, s’est tourné vers des sociétés traditionnelles pour y collecter un ensemble d’ingrédients de base, qu’il faisait explorer à des groupes d’enfants de façon ludique: le Schulwerk.

Willy Bakeroot et plusieurs thérapeutes qu’il a formé présentent dans ce livre les sources d’inspiration de la musicothérapie active, et témoignent concrètement de leur utilisation de ses différents ingrédients dans le cadre d’une relation de soin, et plus particulièrement avec des enfants.

 

Couverture du livre Musicothérapie active de Willy Bakeroot, Dunod, 2021

Cliquez sur l’image pour accéder au sommaire

Willy Bakeroot a été psychomotricien, puis est devenu psychanalyste. musicothérapeute et formateur.
Il a exercé pendant une trentaine d’années en psychothérapie auprès d’enfants, dans plusieurs centres psychopédagogiques de la région parisienne.
Il anime des formations et ateliers de musicothérapie active pour des professionnels dans les milieux médico-éducatifs et médico-sociaux.
 

 

Extraits du préambule

Depuis l’aube des temps, les techniques de soins ont utilisé le registre rythmo-mélodique intimement lié à la parole et aux mouvements dansés du corps. Ces techniques prenaient leurs sens dans les mythologies du moment. Dans ces mythologies s’enracinaient les pratiques orales du récit et du conte soutenues par le rythme musical et la danse.
C’est de cet ensemble d’éléments que s’inspirent les formes de la « Musicothérapie Active » proposée ici.
(…)

Notre champ de travail concerne ce que nous appelons les « désordres psychiques ». Il se base sur une relation transférentielle entre celui qui demande à être aidé et celui qui prétend aider. Au cœur de cette relation se trouve une parole qui s’efforce de faire sens.

Cependant, nous sommes, surtout avec les enfants, en présence d’une parole bien difficile à formuler. C’est sans doute pourquoi le recours aux racines de la parole est précieux. Ces racines sont simples, rythmiques, corporelles, gestuelles et sonores. À l’inverse d’une habitude trop cérébrale de « penser », on comprend ici que parler est un geste issu du corps tout entier. Marcel Jousse le nomme « geste laryngo-buccal ». Le rythmo-musical étant l’enveloppe de la parole.

Dans cette perspective, il fallait trouver avant tout une pratique musicale abordable par les patients. Une manière de musiquer qui libère suffisamment des contraintes de la technique pour porter attention à ce qui est proprement humain : le jeu relationnel.

(…)

J’ai choisi le terme de « musicothérapie active », les nécessités administratives du travail obligeaient à adopter les classifications en cours. Le terme « musicothérapie » formé sur deux racines grecques n’existait pas comme tel en Grèce ancienne. Il s’agit d’un néologisme formulé, au siècle dernier, par quelques soignants. Comme nous ne travaillons pas à partir de la simple écoute d’enregistrements, j’ai opté pour ce qui désigne la spécificité de notre travail : la « musicothérapie active » qui a pour but de redonner au patient une position de sujet parlant.
Les références principales de ce travail sont : les recherches de Carl Orff, celles de Marcel Jousse et celles de la psychanalyse.

Willy BAKEROOT, extraits du préambule de l’ouvrage “Musicothérapie active” (Dunod, 2021)

 

Ce livre, disponible à partir du 17 mars 2021, peut être commandé :

 

Pour en savoir plus sur la musicothérapie active :

Pagina 1 di 9

Powered by WordPress & Theme by Anders Norén