Desculpe, este conteúdo só está disponível em Francês. Por uma questão de conveniência para o utilizador, o conteúdo é mostrado abaixo no idioma alternativo. Pode clicar na ligação para alterar o idioma activo.

Nous sommes heureux de pouvoir reprendre cette année nos rencontres à Paris. Et pour les personnes qui nous suivent depuis le reste du monde, nous allons mettre en place une retransmission en direct par visio-conférence. Réservez votre week-end !

Téléchargez le bulletin d’inscription

Pour adhérer ou renouveler votre adhésion à l’association

Séminaire De l’actualité du paysanisme

Marcel Jousse (1886-1961) fonde une méthode anthropologique originale au début des années 30 : l’anthropologie du geste et du rythme, qu’il enseigne en Sorbonne et dans d’autres établissements parisiens jusqu’en 1957. Le paysanisme figure parmi les éléments constitutifs de sa méthode. Le terme peut paraître étrange. Le professeur Jousse s’en explique : « Nous avons donné au mot “paysan” un sens universel. (…) Être paysan, c’est être in-formé par son pays. » (cours du 28/01/1955)

Le séminaire, animé par Edgard Sienaert (Afrique du Sud), nous invite à découvrir un aspect de l’anthropologie joussienne qui se révèle être particulièrement en prise avec notre actualité écologique : une anthropologie de l’habitant et de l’habitat, du pays et du paysage, en interaction – l’habitant habite et modèle son paysage, le paysage habite et modèle les habitants. Marcel Jousse a élargi et approfondi ce thème du pays et du paysan en le situant à la racine d’une anthropologie de la connaissance et de l’expression et aux fondements de la culture ; le thème du paysanisme représente aussi une entrée pour comprendre le style d’enseignement du professeur Jousse et introduit à sa méthode anthropologique.

Le point de départ pour cette exploration est un extrait du cours de Jousse à l’École d’Anthropologie, le 23 janvier 1950 :

Si nous adhérons au pays, c’est que nous adhérons au Paysage …
Toute cette clarté, tous ces élancements de peupliers, toutes ces haies si bien divisantes, toutes ces routes si bien conduisantes, comme tout cela nous a formés !
Taine disait qu’il fallait rechercher la terre dans la formation des esprits. Je le crois bien ! Que serions-nous donc si les gestes de la terre ne nous avaient pas modelés !
Si vous voulez comprendre le Joussisme, qui est le Mimisme à sa proie attachée, allez sur le petit pont de Beaumont et regardez la Sarthe avec ses peupliers reflétants et reflétés, en écho chosal.
Allez à St Christophe-du-Jambet, où ma mère a été élevée, et vous saurez ce que c’est qu’une Université paysanne, maîtresse d’elle-même parce que coordonnée.
Le Paysanisme, adhérent au Pays, adhérent au Paysage, adhérent aux Paysans.

Samedi 19 novembre de 14h à 17h30, à l’Institut Catholique de Paris – ouvert à tous, sur inscription préalable uniquement

  • Entrée par le 74 rue de Vaugirard 75006 Paris  /  Bâtiment W, Salle W10 (2ème étage, escalier et ascenseur)
  • Ou en visioconférence sur Zoom  (ID de réunion : 813 6777 5524 – Code secret : 280277)

L’annonce de ce séminaire est publiée sur Calenda, calendrier des sciences humaines et sociales.

Accueil à 14h

14h30 : Titus Jacquignon

« Paysan et fier de l’être : une “pride“ rurale et conservatrice ou un geste méthodologique et un style d’enseignement ? »

Titus Jacquignon est désormais docteur en didactique des langues et des cultures de l’Université de Bordeaux Montaigne. Après de longues années de travail patient à travers les quelques 1000 transcriptions des cours oraux de Jousse, il a soutenu sa thèse ce 14 octobre. C’est avec cette vision globale de l’enseignement du Professeur Jousse qu’il nous aidera à mieux comprendre ce que signifie pour lui “être paysan”.

15h à 15h15 : Échanges avec l’intervenant

15h15 : Gabriel Bourdin

« Le proverbe paysan »

Gabriel Bourdin, professeur d’anthropologie à l’UNAM, nous présentera, en visio-conférence depuis le Mexique, quelques fruits d’une enquête ethnographique réalisée cette année à propos des savoirs vernaculaires véhiculés par les proverbes météorologiques, dans le sud de l’Espagne et au Mexique.

15h45 à 16h : Échanges avec l’intervenant

16h00 : Muriel Roland

« Le paysanisme ou la co-création du monde par un anthropos oeuvrier »

Muriel Roland, formée à l’école du mime Marceau, est artiste de théâtre. Elle termine actuellement une thèse de doctorat sur “le geste actoral antagoniste”. Elle nous montrera comment le paysanisme prend sens dans le mouvement joussien entre l’intussusception-impression et la projection-expression, entre ‘jeu’ et ‘rejeu’ global. C’est pour elle une source de résistance précieuse dans un monde où conception et exécution du geste se séparent, amputant l’Anthropos du sens de son travail et de son existence.

16h30 à 16h45 : Échanges avec l’intervenante

16h45 : Échanges

Fin du séminaire à 17h30.

 

Rencontre de l’Association Marcel Jousse

Dimanche 20 novembre de 10h à 17h – 26 rue Boissonade 75014 Paris

Cette rue est située entre le n°160 du Boulevard Montparnasse et le n°237 du Boulevard Raspail.  Métro : Raspail (lignes 6 et 4), ou RER : Port Royal

Ou en visioconférence sur Zoom  (ID de réunion : 876 6422 2042 – Code secret : 464769)

Accueil à partir de 10h

10h30 : Assemblée générale

Présentation du rapport moral et du rapport financier, suivis du vote des adhérents.

11h : Interventions

Voici le programme prévisionnel. La journée sera animée par Thomas Marshall. Son objectif est de mettre en valeur les travaux des membres qui contribuent à réaliser la mission de l’association, ainsi que de favoriser la réflexion, les échanges, les collaborations.

11h – Actualités de la diffusion de la pensée de Jousse

  • Titus Jacquignon – Perspectives suite à la récente soutenance de sa thèse de doctorat : « L’expression, le geste et le rythme : fondements épistémologiques, exégèse critique et corpus analytique de l’œuvre et de la méthode développées par Marcel Jousse (1886-1961) »
  • Gabriel Bourdin – Découverte de l’anthropologie du geste dans le monde académique en Amérique Latine : retour sur la publication d’un dossier dans la revue Mundau  (Brésil), sur une conférence en Argentine…
  • Francisco Garcia – Introduction de l’anthropologie du geste de Marcel Jousse dans le domaine universitaire espagnol : retour suite à la conférence donnée à l’Université ecclésiastique San Dámaso.

11h50 – Frédéric Herrera – Projection et commentaire d’extraits en vidéo de son spectacle “Géant de sel”, présenté le 15 septembre en Espagne. Frédéric est danseur butoh, il a créé ce spectacle au bord de la Mer morte à partir d’une exploration sensorielle de l’argile, inspiré par la lecture de la Genèse par Marcel Jousse : le mimodrame de la création d’Adam, le Terreux.

Le Géant de Sel – Spectacle de Frédéric Herrera le 15 septembre 2022 à Moraira Valencia, Espagne.

12h30 : Déjeuner

Un déjeuner est prévu sur place (plateau-repas à 18 €). Veuillez-vous inscrire à l’aide du bulletin ci-joint.

14h – 17h : Suite des interventions et des échanges

14h – Guylain Prince – L’exégèse anthropologique de Marcel Jousse : Source de malentendus et … de vie !

Cette présentation vise à partager un grand moment de clarification pour celui qui termine sa thèse de doctorat, en partie sur Marcel Jousse. Bibliste et exégète, le P. Guylain Prince s’est posé la question de l’incompréhension mutuelle entre Marcel Jousse et les exégètes de son temps. Pourquoi Jousse est-il si pertinent au plan anthropologique, tout en étant si mal compris par les exégètes professionnels ? Se pourrait-il aussi que Marcel Jousse n’ait pas bien compris le propre du travail de l’historien ou de l’exégète qui se penche sur les mêmes Écritures que lui ? Guylain Prince semble avoir solutionné le tout, surtout en ayant recours à la philosophie de P. Ricoeur et de F.R. Ankersmit sur le rôle de la mémoire dans le travail de l’historien. En quoi Jousse est-il unique en regard d’autres études sur les traditions juive et chrétienne ? Quelle est sa perspective propre dans le concert des diverses approches actuelles ? Comment peuvent-elles dialoguer ?

14h30 – Échanges avec l’intervenant

 

14h40 – Pierre Perrier – Actualités de la refondation des connaissances sur les Évangiles et l’évangélisation au 1er siècle

A la suite de sa présentation, il y a 1 an, au sujet du colloque historique tenu au Vatican, Pierre Perrier nous parlera de la poursuite des démarches collectives auxquelles il contribue, dans le prolongement des travaux de Jousse sur le style oral biblique ainsi que de l’héritage araméen des Églises d’Orient.

15h20 – Échanges avec l’intervenant

 

15h30 – Florence Louvet – La conversion à la bienveillance en entreprise à partir de l’étude de l’anthropologie de Marcel Jousse

Elle nous parlera de sa thèse de doctorat en préparation dans le cadre de la chaire “Entreprises et bien commun” de l’Institut Catholique de Paris. Lors de cette première année de travail, elle a pu consulter des archives (Marcel Jousse et Gabrielle Baron à l’ICP, Archives de Vanves, Lyon, Vincennes et USA) et visiter des différents lieux importants dans la vie de Jousse (dans la Sarthe et à Jersey).

16h – Échanges avec l’intervenant

 

16h10 – Rémy GuérinelPéguy, l’arrière-pays commun à Marcel Jousse et Bruno Latour

Rémy Guérinel cherche depuis de nombreuses années à relier Jousse avec des chercheurs en poste actuellement. L’original professeur Bruno Latour (1947-2022) est décédé le 9 octobre dernier, le 14 octobre un membre du jury de thèse de Titus soulignait l’intérêt de relier Marcel Jousse et Bruno Latour. Dans cette intervention, il nous propose d’abord de reparcourir comment Jousse et Latour se sont croisés dans ses recherches, puis comment, à l’occasion de cette demande récente, ils se sont mis à résonner par l’entremise de leur intérêt commun pour l’anti-moderne Charles Péguy.

16h40 – Échanges avec l’intervenant

 

16h50 – Clôture de la rencontre

Print Friendly, PDF & Email